En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

En 2019, le boom des logements achetés pour être loués

Les achats immobiliers, encouragés par les taux bas, ont été très nombreux en 2019. Un autre phénomène est constaté : de plus en plus de propriétaires achètent leur habitation pour la louer directement après.

Tout sur la sous-location

Un million de transactions immobilières ont été enregistrées l’année dernière. C’est un record. Le site Capital.fr a investigué pour comprendre cette envolée et la chiffrer. La principale cause de ce record est le niveau des taux de crédits immobiliers, particulièrement bas. Cependant, dans le détail, les ventes de résidences principales ont diminué de 5,4% sur un an. Comment expliquer cela ?

Tout simplement par la progression étonnante des investissements locatifs. Les logements achetés pour être immédiatement reloués ont représenté 27,2% des transactions en 2019. Au début de la décennie, ce type d’achat de pesait que 15% du total. Laurent Vimont, président de Century 21, note qu’en dix ans seulement, les investissements locatifs ont augmenté de 200%.

L’assurance propriétaire non-occupant (PNO)
Lire l'article

En Île-de-France, une croissance effrénée

Paris et l’Île-de-France sont très touchées par cette vague. En deux ans, les ventes pour location ont progressé de 69%. Century 21 explique : « C’est une vraie dynamique. Entre 2009 et 2017, ces ventes tournaient entre 10 et 13% des volumes de l’Île-de-France. En 2018, ils ont atteint 17%. Et en 2019, on en est à 22,2% ». Une croissance disproportionnée due au fait que les Français cherchent de nouveaux rendements.

L’investissement locatif coûte en moyenne 134 202€ contre 217 617€ pour un achat de résidence principale. Presque 50% de ces achats ont été réalisés par des personnes de moins de 40 ans et 42% par des primo-accédants. « Les Français s’inquiètent pour leur niveau de retraite, et les autres placements manquent de rendement », analyse Laurent Vimont.