Dans le centre de Paris, plus d’1 logement sur 4 est inoccupé

26% des logements du cœur de la capitale seraient inoccupés selon une étude récente qui se base sur les chiffres du recensement en 2013.

logement vide

L’atelier d’urbanisme Apur a publié un communiqué annonçant que plus d’un quart des logements dans le cœur de la capitale sont vacants. C’est en effet dans les 4 premiers arrondissements de Paris que le nombre de logement vides explosent, dans le reste de la ville, ils ne sont présents qu’à 15%.

Cette proportion a même augmenté, en 2008 elle était de 24% contre 14,4% dans le reste de la capitale. L’arrondissement le plus représentatif de cette envolée est le second, dont la proportion de logements vacants a augmenté de 6 points ces dernières années.

C’est également dans ces 4 arrondissements que se concentrent les touristes lorsqu’ils visitent la capitale selon l’étude, ce qui expliquerait la forte présence d’hôtels dans ces quartiers, dont la plupart affichent plus de 4 étoiles.

Pourquoi tant de logements vides ?

Si les investissements locatifs expliquent que ces logements ne soient pas occupés par leurs propriétaires, pourquoi ne sont-ils pas loués ?

La crainte des bailleurs à proposer leurs logements à la location constitue une première explication à ce phénomène. Si beaucoup d’entre eux souscrivent une GLI, c’est par crainte de louer à un mauvais payeur. En attendant un locataire présentant les garanties nécessaires, les logements restent vides.

La seconde explication est celle de la « pied-à-terrisation » selon l’ethnologue Sophie Chevalier, auteure d’un ouvrage sur le sujet. Elle caractérise ce phénomène par l’achat d’appartements par de riches investisseurs en vue d’en faire une résidence secondaire.

Dernière explication, la montée de notoriété des services de location temporaires entre particuliers comme Airbnb qui, depuis quelques mois, risquent d’avoir des comptes à rendre à la justice française pour des faits de locations non-déclarées.