En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Immobilier : la hausse des prix fait baisser le moral des acquéreurs

Selon une étude menée par l’institut Kantar TNS pour Logic-Immo, le moral des futurs acquéreurs n’est pas au beau fixe en France. La hausse des prix des habitations et la baisse des aides fiscales d’accession à la propriété en sont les principales raisons.

couple achat maison

Alors que les taux de crédits ne cessent de favoriser l’achat immobilier, les acquéreurs font grise mine. En effet, selon l’Observatoire du moral immobilier Logic-Immo, les Français estiment que le moment est idéal pour investir dans la pierre mais sont de moins en moins enclin à l’envisager. Ils sont aujourd’hui 3,1 millions contre 3,5 millions il y a un an.

La principale réticence des acquéreurs réside logiquement dans la hausse continue des prix des logements. L’étude révèle que 58% des investisseurs estiment que les montants sont « irréalistes ». Logiquement, ce sentiment est décuplé en Île-de-France pour 65% des interrogés.

Faire davantage de concessions sur la surface

Du coup, les Français sont davantage prêts à faire des concessions sur leurs exigences. Alors qu’ils étaient 73% il y a un an, ils sont désormais 82% à l’accepter. L’Observatoire avance donc que près d’un acquéreur sur 2 (44%) pense aujourd’hui à réduire la surface de son futur appartement ou de sa future maison afin de payer moins cher.

Enfin, autre facteur jouant sur ce moral, la diminution des aides fiscales d’accession à la propriété comme le prêt à taux zéro (PTZ), d’où une augmentation du budget dédié à l’acquisition d’un bien immobilier. Selon la Fédération française du bâtiment, 20 000 primo-accédants avaient renoncé à leur projet en 2018, par peur de dégrader leur niveau de vie.