En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Location : près d’une annonce immobilière sur 2 est illégale à Paris

Selon une enquête réalisée par l’association CLCV sur plusieurs mois, 44% des annonces de location à Paris ne respectent pas la loi sur l’encadrement des loyers. Un mal touchant notamment les petites surfaces d’habitation.

immobilier ancien

L’encadrement des loyers a fait son grand retour l’été dernier dans le cadre de la loi Alur. Cependant, les mauvaises habitudes demeurent puisque 44% des annonces de location à Paris ne respectent pas cette mesure. C’est le résultat d’une enquête menée entre juillet et novembre 2019 et publiée vendredi par l’association de consommateurs CLCV.

Sur les 1 000 annonces passées au crible sur 13 sites internet, l’association remarque tout de même une amélioration par rapport à l’année précédente, alors que le plafonnement des loyers avait été arrêté. Ainsi en 2018, seulement 48% des annonces étaient légales, signe que la loi a « un impact sur le comportement des propriétaires ».

Crédits : CLCV

1 814€ de loyer en plus sur un an

Cependant, cette amélioration ne veut pas dire que les abus subis par les locataires sont moins présents. Selon la CLCV, « les loyers excèdent en moyenne de 151,21 € par mois le plafond autorisé, soit plus de 1 814 € à l’année ». Et ce n’est pas le pire, une des annonces avait même un dépassement de loyer de plus de 625€ (7 500€ sur l’année) par rapport au maximum l’égal.

Par ailleurs, cette enquête indique également que les studios sont les logements les plus touchés par ce phénomène. Moins d’une annonce sur 2 (48%) serait conforme au plafonnement des loyers dans la capitale, contre 65% pour les 4 pièces. C’est la raison pour laquelle la CLCV demande davantage de sanctions et une meilleure lisibilité des annonces sur les sites internet.