En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Un tiers des locataires jugent leur loyer trop élevé

Une récente étude a révélé qu’un locataire sur trois estime que le montant de son loyer n’est pas réaliste. Cependant, la majorité d’entre eux pensent payer un prix juste.

mauvais payeur fnaim

Le site spécialisé dans la recherche de logements SeLoger a dévoilé une étude nationale sur le ressenti des locataires. L’institue Ipsos a interrogé près de 1200 locataires du parc privé lors du mois de février pour recueillir ces informations. 45% des sondés pensent que les loyers des maisons et appartements vont augmenter dans les six prochains mois.

Pour 42% d’entre eux, le loyer devrait rester stable dans les six mois à venir. En revanche, une minorité de 12% envisage une baisse des loyers. Cette perception de l’évolution des loyers est très différente s’il s’agit de locations meublées ou vides. Pour les locataires de biens meublés, 24% anticipent une baisse de leur loyer (contre 12% pour un non-meublé).

Meublés : les Franciliens se frottent les mains

Le moral des locataires de meublés est au beau fixe pour la région Île-de-France, comme le souligne Le Parisien. En effet, ils sont 27% à prévoir une baisse des loyers, ce qui est mieux que la moyenne nationale. Et même pour les logements vides, les Franciliens sont 16% à attendre une diminution. « Le boom de l’offre de meublé en Île-de-France n’a pas échappé aux locataires qui connaissent bien la mécanique de l’offre et la demande », commente Séverine Amate, porte-parole de SeLoger.

Ces baisses éventuelles pourraient satisfaire les locataires, puisqu’un tiers d’entre eux jugent leur loyer trop élevé, « non réaliste » par rapport au marché. « La bonne nouvelle, continue Séverine Amate, c’est que les locataires pensent pour la majorité que le loyer qu’ils paient est justifié, ni trop élevé ni trop bas. Il n’en demeure pas moins qu’un locataire sur trois pense le contraire. Une lassitude qui avec le temps pourrait les amener à chercher une autre location ou se tourner vers l’achat ».