En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

En 2018, les loyers parisiens ont fortement augmenté faute de plafonnement

En 2018, alors que l’encadrement des loyers avait été interrompu à Paris, les loyers ont fortement augmenté. Les petites habitations ont été les plus touchées.

En 2018, le plafonnement des loyers avait été interrompu à Paris. Conséquence directe : les loyers ont augmenté de manière plus marquée cette année-là. « 2018, année de non encadrement, s’inscrit en rupture avec les années précédentes », explique l’Olap (Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne) dans un communiqué.

D’après l’étude, si le plafonnement avait été maintenu en 2018, 28% des loyers observés auraient dépassé cet encadrement. C’est plus qu’en 2015 (25%), en 2016 (23%) et en 2017 (21%). « En l’absence d’encadrement, les bailleurs ont (…) ré-adopté une stratégie en fonction du marché et de la seule contrainte réglementaire applicable : le décret annuel de limitation de la hausse du loyer lors de la relocation », commente l’Olap.

Les petits logements en première ligne

Parmi les logements les plus concernés par cette forte hausse des loyers en 2018, on trouve notamment les studios, les petites surfaces. « Ce sont sur les petits logements que l’on observe les plus gros impacts », relève Geneviève Prandi, la co-auteur de l’étude. 7 logements sur 10 de moins de 20 m² auraient dépassé le plafonnement s’il existait en 2018, contre 20% pour les autres logements.

Pour rappel, l’encadrement des loyers est entré en vigueur à Paris du 1e août 2015 au 27 novembre 2017. Après une annulation en justice, il a été rétabli dans la capitale depuis le 1er juillet 2019.

Studios : top 12 des villes où les loyers sont les plus chers
Lire l'article