En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Location : l’encadrement des loyers de retour à Paris cet automne

La mairie de Paris a indiqué vouloir remettre au goût du jour l’encadrement des loyers dans la capitale dès cet automne. Moins d’un an après l’annulation de la mesure, cette annonce fait écho à une étude révélant un budget en hausse pour les locataires ces derniers mois.

Encadrement des loyers

L’encadrement des loyers va faire son come-back dans la capitale. La mairie de Paris a annoncé le retour du dispositif par l’intermédiaire de son adjoint chargé du logement Ian Brossat. « Nous utiliserons la loi Elan qui permet désormais d’expérimenter la mesure à l’échelle d’une ville pendant une durée de cinq ans », a-t-il précisé.

La mairie de Paris veut donc contourner l’annulation, l’année dernière, de la mesure par le tribunal administratif de Paris. L’objectif est ici de favoriser l’accès au logement « pour ceux qui travaillent à Paris […] en particulier les jeunes, les étudiants, les familles monoparentales et les familles de la classe moyenne », précise Ian Brossat.

Une hausse des loyers parisiens ?

Cette décision fait écho à une étude rendue publique mercredi par l’association de consommateurs CLCV. D’après elle, plus de la moitié des habitations en location affichent des prix supérieurs aux maximums autorisés durant l’encadrement des loyers. Cette part était logiquement plus basse dans le cadre de cette mesure, où un tiers des prix étaient trop élevés.

Un constat confirmé depuis par l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap) dans son enquête annuelle. Ainsi en 2017, les loyers des logements parisiens ont légèrement augmenté (+0,8%) signe d’une « certaine reprise de la hausse des loyers » note l’Olap. Néanmoins, il faudra attendre l’année prochaine pour savoir si la tendance est identique sur toute l’année 2018.