En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Locataires : nos astuces pour trouver un logement sans frais d’agence

  • Jusqu'à 40 offres d'assurance habitation comparés en 2 minutes
  • Jusqu'à 171€* d'économies pour un contrat au même niveau de garantie

Lorsqu’il s’agit de rechercher un logement à louer, le passage par la case agence immobilière n’est pas une obligation, loin de là. En effet, de nombreux propriétaires louent de particulier à particulier, ce qui permet à chacun de réaliser des économies significatives. Il y a cependant quelques règles simples à connaître avant de se lancer, que nous vous expliquons ici.

Combien je peux économiser en évitant les agences ?

Depuis 2014, les frais d’agence à la charge des locataires sont plafonnés par la loi. Ils ne peuvent excéder :

  • 12 euros par m² maximum en zone très tendue (par exemple Paris)
  • 10 euros par m² maximum en zone tendue (par exemple Lyon, Marseille, Toulouse)
  • et 8 euros par m² maximum partout ailleurs.

A cela, la loi permet aux professionnels d’ajouter jusqu’à 3 euros par m² pour les honoraires d’état des lieux, peu importe la zone. Dans les grandes agglomérations, cela peut donc donner un plafond d’honoraires qui s’approche du montant d’un loyer (par exemple 520 € pour un appartement de 40 m² avec état des lieux).

Par ailleurs, certains professionnels « profitent » de cette loi pour appliquer systématiquement le plafond maximum pour leur tarification, alors qu’ils sont tout à fait libres de pratiquer des prix inférieurs : cela peut mener à des honoraires particulièrement élevés lorsque la surface du logement est grande, probablement plus qu’ils ne l’étaient avant le plafonnement.

En louant de particulier à particulier, un locataire économise donc des frais d’autant plus importants que la surface du logement est grande.

Ce qu’il faut savoir pour mener sa recherche sereinement

Le fait de louer sans agence impose un minimum de vigilance, en premier lieu face aux risques d’arnaques qu’on trouve fréquemment sur les sites de petites annonces ou sur les réseaux sociaux. Avant toute chose, il est vivement conseillé de ne jamais envoyer d’argent au bailleur, de quelque manière que ce soit, avant d’avoir signé un bail avec lui.

Les offres frauduleuses se reconnaissent souvent par un logement particulièrement beau pour un prix anormalement bas ; de peur de se déplacer pour rien, le soi-disant propriétaire demande alors au candidat locataire d’envoyer une somme d’argent pour réserver le bien.

Les solutions de transfert d’argent utilisées pour les arnaques sont en général celles permettant le transfert de cash : Mandat cash, Western Union, Moneygram, etc. 

Dans la suite de ses démarches, le candidat locataire doit rester vigilant sur le respect des obligations légales du propriétaire. On peut citer par exemple :

  • les justificatifs demandés : la loi fixe une liste de pièces qu’un propriétaire a le droit de réclamer ; tout ce qui sort de ce cadre est illégal.
  • L’encadrement des loyers (loi ELAN) : certaines villes choisissent d’encadrer leurs loyers, c’est-à-dire qu’un loyer ne peut pas être supérieur de 20 % à un loyer de référence qui dépend des caractéristiques du bien. Renseignez-vous sur l’existence éventuelle d’un tel dispositif dans la ville ciblée.
  • Pour les logements meublés : un logement ne peut être loué sous le régime du meublé que s’il comporte un certain nombre d’équipements et de mobilier prévus dans la loi ; au locataire de vérifier que tout est présent.
  • L’état du logement : le propriétaire est tenu de fournir un logement qui répond aux critères de décence et de salubrité, et dont les équipements fonctionnent bien. Dans la mesure du possible, éviter les propriétaires qui promettent de faire les réparations nécessaires après la prise de bail : cette promesse est parfois difficile à faire respecter une fois que le locataire est installé.
  • L’état des lieux d’entrée : il doit être fait de manière contradictoire, c’est-à-dire que les deux parties doivent y assister simultanément pour noter leurs remarques. Le locataire doit être particulièrement attentif à cette étape car un défaut mal noté pourrait lui être injustement reproché lors de son départ.
  • Le propriétaire ne peut pas ajouter des clauses dans le contrat qui lui donneraient plus de droits que ce que la loi lui permet. Ces clauses, dites « abusives », n’ont aucune valeur légale même si elles sont présentes dans un bail signé. Par exemple imposer un préavis de 3 mois dans une location meublée, autoriser le bailleur à visiter le logement sans prévenir, lui permettre de garder le dépôt de garantie si le locataire résilie le contrat avant un certain temps, etc.

En cas de doute, n’hésitez pas à consulter un juriste de l’Adil de votre département, cette démarche est gratuite.

Où trouver une location de particulier à particulier ?

On pense bien sûr immédiatement aux sites de petites annonces très connus, qui ont par conséquent l’avantage de bénéficier d’un fort trafic et donc d’une offre abondante.

La contrepartie à cela est que d’une part les propriétaires qui s’y sont inscrits reçoivent de très nombreux appels et e-mails, a fortiori dans les zones tendues : par conséquent il est souvent compliqué d’être parmi les premiers à appeler, et on peut passer beaucoup de temps avant d’entendre autre chose que « c’est déjà loué ».

D’autre part, ces sites d’annonces sont une cible privilégiée pour les personnes mal intentionnées qui peuvent facilement y déposer des arnaques, comme évoqué précédemment, et atteindre de nombreuses victimes.

Une solution alternative peut être de faire appel à un système de mise en relation inversée, utilisé notamment sur la plateforme LocService.fr. Sur ce site de location entre particuliers, ce sont les propriétaires qui prennent contact directement avec les locataires, après avoir examiné les candidatures qu’ils reçoivent dans leur espace en ligne.

Chaque prise de contact est donc beaucoup plus qualifiée, ce qui évite des pertes de temps. A noter que ce service fonctionne aussi pour les recherches de colocation, et qu’un système de contrôle drastique permet de réduire considérablement les risques d’arnaques.

Cet article vous a-t-il été utile ?