Assurance habitation : un coup de pouce pour certains locataires parisiens ?

Une prime d’assurance à « moitié prix ». C’est ce que souhaite Ian Brossat, l’adjoint à la mairie de Paris en charge du logement et de l’hébergement d’urgence, pour près de 400 000 ménages parisiens. L’objectif est de venir en aide aux habitants de logements sociaux pour qui, l’assurance habitation est loin d’être une priorité, au vu de son coût financier.

Tout comme l’assurance auto, l’assurance habitation est obligatoire. Que l’on soit locataire ou propriétaire au sein d’une copropriété, cette couverture est nécessaire pour se protéger contre les sinistres liés à l’habitation, comme l’incendie.

Cependant, le prix de cette assurance est souvent élevé, notamment pour les habitants de logements sociaux. De ce fait, les assureurs constatent que certains d’entre eux n’ont pas souscrit de contrat d’assurance habitation. En cas d’incident, les dommages sont alors entièrement à leur charge.

C’est ce constat qui a, en partie, poussé la mairie de Paris à réagir. Dans le Journal du Dimanche, Ian Brossat déplorait la situation de certains locataires qui « paient trop cher » leur assurance ou « sont mal assurés » dans certains cas. Ainsi, l’administration parisienne publiera un appel à projet d’ici la fin de l’année.

Une assurance habitation à petit prix

Adressé aux compagnies d’assurance, l’objectif de ce projet visera les locataires concernés une assurance habitation multirisques à petit prix, d’environ 150€ par an. Aujourd’hui, le tarif moyen d’une assurance logement à Paris est de 193€ par an.

Paris emboîte le pas à d’autres communes qui se sont déjà lancées. En février 2018, les villes de Nantes, Rezé et Saint-Herbain avec l’aide de bailleurs sociaux et associations de consommateurs ont lancé le même dispositif. Désormais deux assureurs traditionnels ont mis en place des offres d’assurance MRH (multirisques habitation) dont les prix varient de 8€ et 150€ par mois.

Au début de l’année 2021, Saint-Nazaire a également signé un accord avec un bailleur social et Groupama. Le but est de mettre à disposition des ménages les plus modestes une assurance à la hauteur de leurs moyens, tout en les protégeant convenablement.

Pour bénéficier de cette couverture à bas prix, un cahier des charges précisera d’ici là les contours de ce projet. Néanmoins, la mairie de Paris a déjà fait savoir qu’il y aurait des conditions de ressources. Il faudra notamment déclarer :

  • Moins de 2000€ pour un locataire seul ;
  • Moins de 3300€ pour un couple ;
  • Moins de 4300€ pour une famille comprenant deux enfants.