En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Immobilier : les loyers font augmenter le budget rentrée des étudiants

Selon un rapport de l’Unef, les loyers représentent la principale explication de la hausse du coût de la vie pour les étudiants. La rentrée leur coûtera donc 130€ de plus que l’année dernière.

budget etudiant

A quelques jours de la rentrée, les étudiants vont devoir se serrer la ceinture. En effet, selon un rapport de l’un de leur syndicat l’Unef, les loyers sont la principale explication de la hausse du budget pour les étudiants. Pour rappel, les jeunes locataires dépensent 54% de leur budget total pour se loger.

Ajouté aux prix des transports en commun, leur budget habitation est en augmentation dans la plupart des villes universitaires. Alors qu’à Paris la hausse est limitée (+0,73% mais à 830€/ mois en moyenne pour un studio), Nanterre (+4,90%), Le Havre (+3,07%) ou encore Lyon (+2,85%) deviennent de plus en plus cher.

Un budget en hausse de 130€/mois

Au total, le coût de la vie pour les étudiants à la rentrée est en augmentation de 129,59€ pour un reste à charge moyen de 837,72€ par mois, selon l’Unef. De ce fait, près de la moitié des étudiants (46%) doivent travailler à côté de leurs études. Mais « cette activité se fait au détriment de la réussite universitaire […] diminuant d’autant le temps passé à étudier ou à aller en cours » précise le syndicat.

Ainsi, l’Unef appelle donc les pouvoirs publics à revaloriser de 20% les bourses et les APL alors que près des 3 quarts n’y ont pas droit aujourd’hui. Le syndicat demande également le retour de l’encadrement des loyers dans les villes universitaires et une exonération de la taxe d’habitation. L’objectif étant de « permettre à chacun(e) d’étudier dans de bonnes conditions ».