Colocation : les 5 situations les plus agaçantes !


Au moment d’emménager, beaucoup de Français optent pour une habitation à partager, autrement dit : la colocation. Si elle présente nombre d’avantages liés au confort, à la sociabilisation et au budget, la colocation peut aussi très vite se transformer en cauchemar avec des conflits quotidiens. Zoom sur les 5 situations récurrentes qui agacent le plus les colocataires… Et les solutions proposées pour rester zen !

e

Le colocataire qui rentre dans votre chambre en catimini

Près de 60% des personnes interrogées dans le cadre d’une étude LocService.fr sur la colocation ont déclaré que se cachait là une de leurs plus grandes inquiétudes : savoir que sa chambre peut être ou a été visitée en son absence. Imaginez quelques secondes, vous entrez dans votre chambre et sentez que des choses y ont été déplacées ou bien vous voulez mettre la main sur votre chargeur et vous apercevez qu’il se trouve à un endroit incongru… Ce n’est pas des plus agréables !

Quelle solution envisager ?

Si votre chambre ferme à clef, vous avez toujours la possibilité de la verrouiller. Mais cela ne présage pas une grande relation de confiance et d’amitié avec vos colocataires… Privilégiez la communication et l’établissement d’un règlement intérieur dès le départ où chacun se doit de respecter l’intimité des autres.

La vaisselle toujours sale

Quoi de pire que de rentrer chez soi, vouloir cuisiner et ne pas trouver un seul ustensile ou couvert propre pour pouvoir le faire ? Le tout, souvent accompagné de plaques, four ou micro-ondes tout aussi sales. Une accumulation d’assiettes et autres casseroles dans l’évier : vous savez que vous allez devoir passer par une phase de nettoyage avant de pouvoir vous atteler à la confection de votre repas.

Si vous avez l’impression qu’il vous incombe toujours de faire la vaisselle, il faut réagir au plus vite, afin d’instaurer des règles saines dans votre colocation.

 

Des règles simples et le respect du planning 

Simple comme tout mais pourtant difficile à mettre en place, la règle du « laver directement après utilisation » devrait être le pilier de toute colocation ! Vous pouvez également définir un planning pour savoir à qui il revient de laver toute la vaisselle tel jour de la semaine. L’application Wunderlist peut vous aider à assigner des taches au sein de la colocation et à savoir qui a fait quoi à quel moment.

Le saviez-vous ? Le profil type d’un Français en colocation se décline de la façon suivante : âge moyen de 27 ans, avec un salaire de 1800€, vivant en province, souhaitant avant tout rencontrer de nouvelles personnes (source : étude de LocService.fr).

Le vol de nourriture

Vous aviez acheté un paquet de gâteaux et aviez hâte d’en profiter en rentrant, pire encore, vous aviez cuisiné quelque chose et comptiez trouver les restes en arrivant chez vous mais vous découvrez rapidement qu’il n’en reste plus rien. Quelqu’un s’est emparé de votre butin sans vous demander la permission.

S’ensuivent alors les fameux « je te le rachète » qui sont rarement honorés ou qui, de toutes façons, viennent trop tard. « C’était hier que je devais apporter un clafoutis au bureau ». 

L’organisation du réfrigérateur et les applications !

Carrée et stricte, mais efficace : la méthode « chacun son étage avec un post-it au nom de chaque colocataire » peut en aider plus d’un. Si cela semble ridicule au départ, cette méthode a fait ses preuves et incite bien plus à respecter l’espace de chacun.

Il ne faut pas non plus lésiner sur l’utilisation d’outils qui facilitent la vie en colocation, notamment par rapport aux dépenses et à la cuisine. A titre d’exemple :

  • Tricount ou Splitwise : très utile pour régler ses comptes (financiers) et répartir de manière équitable le budget de la colocation ;
  • Venom ou Lydia : afin de virer rapidement l’argent d’un compte à un autre ;
  • iCuisto : pour savoir quoi faire avec les restes du réfrigérateur et les associations d’aliments qui nous paraissent improbables avant d’aller racheter quelque chose en toute hâte. Parce que sauver un dîner, c’est aussi sauver un esprit chaleureux dans une colocation ;
  • Xambox : pour rassembler les papiers administratifs comme les factures d’électricité et de gaz, l’abonnement Internet, les contrats d’assurance ou locatifs et éviter que cela ne repose sur les épaules que d’un colocataire.
Astuce Malynx !

N’oubliez pas de regarder si vous êtes éligible aux APL au sein de votre colocation ! Cette aide complémentaire peut être précieuse.

Le partage de la salle de bain

L’eau coule depuis 20 minutes… mais pas sur vous ! Vous attendez désespérément de l’autre côté de la porte qu’elle daigne s’ouvrir et qu’on vous laisse aller prendre votre douche pour (enfin) partir propre au travail ! Qui n’a jamais vécu cette situation de supplice ?

L’ardoise et la formation de groupes

Dégainez une belle ardoise ou encadrez une jolie feuille de route sur la porte de la salle de bain. Au menu : votre planning de douches. Qui sera du matin, qui sera du soir ? C’est à vous de voir, mais il n’y a qu’en formant des équipes selon les plages horaires que vous vous en sortirez si vous êtes trois ou plus ! A moins d’avoir des horaires radicalement différents, l’occupation d’une salle de bain est toujours un vrai casse-tête.

Le squat d’amis ou la fête inopinée

Vous aviez hâte d’enfiler votre pyjama et de boire une tisane relaxante devant votre série. Ce ne sera malheureusement pas au programme ce soir car l’un de vos colocataires a décidé d’inviter tout l’arrondissement et de sonoriser une bonne partie de l’immeuble sans vous prévenir, évidemment. Dans la même veine, nous pouvons penser aux fameuses venues imprévues d’amis, qui s’éternisent ou qui se répètent semaine après semaine.

Se rassembler régulièrement

Comme pour tout conflit, la clef reste la communication. Vous avez peut-être signé une clause de solidarité, mais cela ne signifie que vous êtes solidaire en tout temps avec vos colocataires…

Si le règlement intérieur que vous avez établi entre vous ne suffit pas à rappeler à l’ordre un colocataire qui invite de façon intempestive son groupe d’amis ou veut un peu trop festoyer, pourquoi ne pas instaurer une sorte de conseil hebdomadaire ? Cela peut prendre cinq minutes, il s’agit juste d’un moment où tous les colocataires sont disponibles pour faire le point sur la semaine écoulée ou à venir. L’idéal pour annoncer une éventuelle fête, venue de proches ou faire remonter un souci.

Dans tous les cas, une colocation saine doit :

  • Etablir des règles intérieures dès le début ;
  • Les énoncer de manière explicite et claire pour tous.

Les non-dits sont à bannir pour préserver une ambiance polie et chaleureuse !

Si les problèmes sont vraiment persistants ou trop importants, sachez qu’il est toujours possible d’avoir recours à un conciliateur de justice ou à un médiateur de justice.

Cet article vous a-t-il été utile ?