Focus sur les coulées de boue et différence avec l’inondation

Coulée de boue

Dans les régions propices à la sécheresse et aux violents orages, il n’est pas rare que des coulées de boues se forment et détruisent des habitations. Parfois déclarées catastrophes naturelles par les communes, ces intempéries ne le sont pas toujours et posent la question de la prise en charge des réparations.

LeLynx.fr, comparateur d’assurances habitations, fait le point sur ces événements boueux et bien souvent fâcheux.

Ne pas confondre coulée de boue, glissement de terrain et inondation boueuse

Le point commun entre ces trois phénomènes géologiques est qu’ils sont de savants mélanges d’eau de pluie, de boue et d’éléments de cours d’eau à fort caractère destructeur. Ce qui les distingue : les origines de ces phénomènes et les proportions d’eau qu’ils contiennent. Ainsi la coulée de boue est un mouvement de terrain qui n’est ni un glissement, ni une inondation. Composée d’au moins 30 % d’eau, elle est généralement causée par de fortes précipitations sur un sol très sec (caractéristique des régions arides et semi-arides) qui s’effrite et se transforme en torrent de boue pouvant aller jusqu’à 80 km/h. La coulée de boue peut également « s’alimenter » au passage de la vase et du limon d’un cours d’eau qui déborde.

Pour faire simple (car nul besoin d’être géologue pour faire jouer son assurance habitation), les coulées de boues sont des ruissellements mi-liquides mi-solides qui ont une fâcheuse tendance à tout détruire sur leur passage. Y compris votre maison.

Catastrophe naturelle, vice de construction : différentes garanties peuvent entrer en jeu

Lorsque les coulées de boue sont de très forte intensité, les pouvoirs publics officialisent, par un arrêté, la situation de catastrophe naturelle, en précisant les communes concernées. Cette déclaration sert alors aux particuliers qui souhaitent faire jouer leur assurance habitation pour couvrir les réparations. Tout contrat MRH ou assurance dommage (assurance habitation incendie / dégât des eaux par exemple) permet d’être indemnisé en cas de catastrophe naturelle. Cette garantie couvre les dommages sur le bâtiment, les meubles et les équipements de la maison. Une franchise de 380 € reste néanmoins à charge de l’assuré.

Votre commune n’a pas été placée en état de catastrophe naturelle ? Cela ne signifie pas que vous ne serez remboursé de rien. Si votre assurance habitation comporte une garantie « événements climatiques », ou encore « ruissellement de boue, glissement ou effondrement de terrain », vous serez indemnisé moyennant franchise (qui peut alors être supérieure à 380 €).

Enfin, s’il s’avère qu’un vice de construction a favorisé les dommages causés par les coulées de boue, un système d’écoulement des eaux de pluie défaillant par exemple, il peut être intéressant de faire un recours, via votre assureur, contre le constructeur, pour obtenir une indemnisation.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres