Assurance habitation en cas d’agrandissement du logement

Vous souhaitez agrandir votre logement? Vous rêvez d’y ajouter une véranda ou vous devez aménager une toute nouvelle pièce pour le petit? Sachez que dans ces cas-là il y a des procédures à suivre comme celle d’avertir son assureur habitation.

Votre comparateur d’assurances habitation vous explique tout ce que vous devez savoir sur les conséquences des travaux d’agrandissement dans votre logement.

Avertir son assurance habitation: les démarches

De manière générale, vous devez avertir votre assureur et demander une modification de votre contrat dans plusieurs cas:

  • vous modifiez votre habitation (agrandissement ou réaménagement des pièces…)
  • vous déménagez et changez d’habitation;
  • l’usage de votre habitation change (une partie de votre logement va servir pour un usage professionnel, un bar-tabac par exemple);
  • la valeur de vos biens mobiliers a changé.

En matière d’assurance, vous l’apprendrez bien vite, toute modification de la chose assurée (en l’occurrence le logement par agrandissement) est susceptible d’entrainer une variation du risque, sur lequel se base l’assureur. C’est la raison pour laquelle il faut avertir l’assureur d’un agrandissement de l’habitation.

Soyez donc vigilant puisque si vous n’informez pas votre assureur et que vous êtes victime d’un sinistre, votre indemnisation en sera réduite, voire vous n’en recevrez aucune.

Vous avez jusqu’à 15 jours à compter de la fin des travaux pour avertir l’assureur par lettre recommandée avec accusé de réception. Vous veillerez dans ce courrier à décrire les changements que vous avez effectués dans votre logement. En cas d’absence de réponse de la part de l’assureur sous dix jours, votre demande est considérée comme acceptée.

La modification du contrat d’assurance habitation

Une fois l’assureur averti d’une extension de logement, celui-ci a deux solutions:

  • Soit il propose un avenant au contrat d’assurance habitation initial: ajout d’une clause au contrat faisant état de la superficie supplémentaire et des pièces en plus.
  • Soit il propose une modification des termes du contrat multirisque habitation: l’assureur propose un nouveau contrat MRH à l’assuré, et ce dernier est en droit de le refuser.

Dans ce deuxième cas de figure, l’assureur retiendra donc les nouvelles caractéristiques du logement, c’est-à-dire l’agrandissement, et augmentera de ce fait la cotisation. Si l’assuré refuse la proposition, il dispose d’un délai de 30 jours pour le faire savoir à l’assureur qui procédera ensuite à la résiliation du contrat.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres