L’assurance fuite d’eau, ça sert à quoi ?

Certaines compagnies d’assurance habitation proposent, parmi leurs offres de garanties complémentaires à l’assurance obligatoire, une assurance «fuite d’eau» ou «perte d’eau». Plutôt attrayante à première vue, ce type de garantie est, depuis quelques années, pointé du doigt par les associations de consommateurs. Véritable intérêt ou clause abusive?

Votre comparateur d’assurances habitations LeLynx.fr s’est penché pour vous sur l’(in)utilité de l’assurance fuite d’eau.

Une garantie censée couvrir la surconsommation d’eau causée par une fuite

La surconsommation d’eau peut être la conséquence d’une fuite ou d’un engorgement des canalisations. Or qui dit surconsommation, dit facture douloureuse! C’est pourquoi les compagnies d’assurances proposent parfois une garantie supplémentaire couvrant, dans une certaine limite, cet excédent de facturation. Cette garantie est généralement accompagnée d’une assistance permettant de faire intervenir, à charge de l’assurance, un plombier en urgence pour réparer au plus vite la source de cette surconsommation et ainsi la limiter.

L’assurance fuite d’eau est certes jolie sur le papier, mais d’une part elle n’est évidemment pas gratuite (à partir de 36 € par an) et d’autre part elle est, dans de nombreux cas, superflue.

La surconsommation d’eau est déjà couverte dans de nombreux cas

Principal problème: les assureurs proposant cette garantie ont une fâcheuse tendance à la soumettre sans distinction aux propriétaires et locataires, d’appartements comme de maisons individuelles. Or, les locataires ne sont, eux, en aucun cas responsables d’une surconsommation liée à une fuite, donc nullement concernés par cette assurance. Quant aux propriétaires, seuls ceux qui possèdent une maison avec compteur à l’extérieur sont susceptibles de faire valoir la garantie fuite d’eau, les propriétaires d’appartements étant couverts par leur MRH ou la copropriété et ceux de maisons avec compteur à l’intérieur non responsables des fuites sur les canalisations extérieures. Une minorité donc!

Ajoutées à cela les nombreuses exclusions, la non remise en état après sinistre et la réduction des délais de réparation garantie généralement liées à ces contrats: il n’en fallait pas plus aux associations de consommateurs pour voir rouge. Après l’UFC-Que Choisir qui estimait, en 2013, à moins de 16% le nombre de primes encaissées par les assurés, c’est désormais la CLCV (association nationale de défense des consommateurs et usagers) qui assigne en justice cinq sociétés proposant des garanties fuite d’eau, au titre des clauses abusives et illicites. Prudence, donc, avant de signer!

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres