Airbnb : des brigades du silence vont être déployées

La plateforme de location a décidé de renforcer sa politique anti-bruit. Associé à une start-up espagnole, Airbnb va missionner des médiateurs qui pourront faire régner le silence dans un délai de 30 minutes après signalement.

fete nuisance voisin

Que faire face aux nuisances nocturnes ? Vers qui se tourner quand des locataires Airbnb dépassent la limite des décibels acceptables ? Dans sa lutte pour le silence, la plateforme va s’associer avec Roomonitor, une entreprise espagnole qui commercialise déjà des boîtiers capables de mesurer en temps réel le niveau sonore dans un logement. Ces boîtiers préviennent immédiatement le propriétaire du logement que le seuil est dépassé.

Cependant, ces boîtiers vendus par Roomonitor ne sont pas toujours suffisants, car les appels ne suffisent pas toujours à calmer les locataires. Marine Cornu, responsable de la start-up, expliquait ainsi à France Bleu : « Si un appel ne permet pas de faire revenir le calme, on peut aller plus loin. Nous ferons intervenir en moins de 30 minutes notre brigade du silence ». Il s’agit d’une sorte de conciergerie chargée de discuter avec les locataires et leur rappeler les règles.

Une ligne téléphonique pour dénoncer les voisins

Pour mettre sur pied cette garde de nuit, l’entreprise compte lancer des recrutements à Marseille. Selon Marine Cornu, le candidat parfait devra être « à la fois efficace et diplomate pour pouvoir affronter toutes sortes de situations et les régler rapidement ». Marseille sera la ville test, mais plusieurs autres villes devraient suivre, à l’instar de Lyon, qui prévoit ce dispositif rapidement.

Cette mesure s’inscrit dans une politique anti-bruit plus générale d’Airbnb, souvent pointé du doigt pour la gêne que les fêtes occasionnent. La plateforme va subventionner pour ses clients l’achat de détecteurs de bruit, qui sont vendus à 150€. Elle prévoit aussi d’ouvrir une ligne téléphonique pour que les voisins et autorités publiques dénoncent plus rapidement les fêtes clandestines. Pour rappel, les revenus d’Airbnb ont chuté de 30% depuis le début de la pandémie.