En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Je suis confiné hors de chez moi, mon logement est-il bien protégé ?


C’est une question que se posent de nombreux Français, qui ont décidé de quitter leur résidence principale durant le confinement, pour se rendre dans leur résidence secondaire ou chez des proches. Alors, lorsqu’on s’absente de chez soi, est-on toujours protégé par son assurance habitation ? On vous explique.

Qu’est-ce que la clause d’inhabitation ?

Votre résidence principale, qu’il s’agisse d’une maison ou d’un appartement, est protégée par une assurance habitation. Mais attention… cela ne signifie pas que vous être couvert en toutes circonstances. La plupart des contrats contiennent en effet une clause, dite d’inhabitation, qui précise qu’au-delà d’un certain nombre de jours d’inoccupation du logement, la couverture n’est plus garantie.

Au bout de combien de jours ?

Chaque assureur a sa propre politique. La clause d’inhabitation peut commencer à partir de 30 jours d’absence, chez d’autres à partir de 45, 60 ou 90 jours. Pour en avoir le cœur net, une seule solution : vérifier votre contrat, ou appeler votre assureur pour qu’il vous renseigne à défaut.

maison inhabitee

Concrètement, quel est le risque ?

Le risque, c’est que si un sinistre survient dans votre résidence principale alors que vous n’y habitez plus depuis quelques temps, il ne sera pas pris en charge par votre assureur, ou alors seulement partiellement. Par exemple : un dégât des eaux, un incendie, un cambriolage

Astuce Malynx !

Pour être effective, la clause d’inhabitation doit être inscrite noir sur blanc dans votre contrat ! Si elle n’y figure pas, votre assureur ne peut pas refuser l’indemnisation.

Que faire si je dépasse la limite d’absence autorisée ?

Si votre clause d’inhabitation est de 30 ou 45 jours maximum, vous êtes probablement déjà au-delà du délai maximum. Si elle est de 60 ou 90 jours, vous êtes encore dans les temps.

Dans tous les cas, le plus prudent est de contacter votre assureur, soit pour l’informer que vous avez dépassé le délai, soit pour le prévenir que cela pourrait arriver en fonction de l’évolution de la situation. C’est lui qui vous dira s’il a pris des dispositions pour ses assurés à ce sujet ou s’il est recommandé de souscrire une extension de garantie.

Cet article vous a-t-il été utile ?