En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les confinements ont réveillé l’intérêt des Français pour le bricolage

Durant les deux confinements, les Français ont plus que jamais entrepris des travaux dans leur habitation. Les extensions de maisons ont notamment connu un boom.

travaux logement

Coincés chez eux plusieurs mois cette année, les Français se sont pris de passion pour le bricolage, tout particulièrement durant le 2ème confinement. C’est ce qui ressort d’une étude menée par permettezmoideconstruire.fr et relayée par Le Parisien. D’après ce site spécialisé dans les démarches administratives pour les travaux des particuliers, la première semaine de novembre, l’activité a progressé de 62% par rapport à la première semaine du premier confinement.

Trois raisons peuvent expliquer cet engouement soudain pour le bricolage. « La première, c’est que les entreprises continuent leurs activités, ce qui n’était pas le cas en mars. Ensuite, les Français ont eu le temps, enfermés chez eux, pour réfléchir à ce qu’il voudrait faire. Et enfin, la possibilité d’un nouveau confinement et le développement du télétravail les ont incités à repenser leur foyer », commente Aurélien De Nunzio, cofondateur du site.

Les extensions de maison en tête

Quels types de travaux les Français ont-ils réalisé ces dernières semaines et mois ? Ce sont les extensions de maison qui arrivent en tête. « De plus en plus de clients pensent qu’il est plus intéressant d’agrandir que de vendre pour racheter plus grand », explique Aurélien De Nunzio. Les agrandissements de maison ont représenté 31% des demandes.

Viennent ensuite les abris pour voitures (25,6% des demandes). Logique : les gens sortant moins de chez eux et utilisant moins leur véhicule, ils veulent que ce dernier soit bien protégé. Enfin, le podium est complété par les piscines, qui représentent 23,7% des demandes de travaux. « Les gens se sont projetés dans le fait qu’ils ne pourraient peut-être pas partir au bord de la mer, alors ils font venir l’eau à eux », indique Aurélien De Nunzio.