En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Immobilier : 40% des Français ont reporté leur projet

Les prix trop élevés et le contexte sanitaire causent beaucoup de soucis aux candidats à la propriété. Selon un sondage réalisé par Le Figaro, une bonne partie d’entre eux a déjà décidé de reporter son projet.

couple achat maison

La volonté des acheteurs est ébranlée par la flambée de l’immobilier, dans un contexte déjà compliqué. Fin novembre, Le Figaro Immobilier a réalisé un sondage auprès des futurs acquéreurs pour mieux comprendre leurs projets. Les résultats révélés ce mardi 8 décembre montrent un réel blocage par rapport aux prix : 4 Français sur 10 ont déclaré qu’ils reportaient leur projet. Ce chiffre est en hausse de 13 points comparé à la précédente enquête.

La première raison de ce report, invoquée par les candidats à l’achat immobilier, est une moyenne de prix bien trop élevée (pour 47% des sondés). Pour voir le verre à moitié plein, on pourrait souligner que ce pourcentage était bien plus haut il y a deux mois (56%). Cela peut être le marqueur de la fin de la flambée des prix. A ce titre, 31% des acheteurs qui reportent leur projet le font dans l’espoir d’une baisse prochaine des prix.

Les conséquences du coronavirus

La deuxième raison évoquée, qui est en pleine progression, c’est le risque sanitaire. 32% des Français craignent en effet les conséquences indirectes du coronavirus. Ce chiffre est bien évidemment en augmentation (+19 points). Le redémarrage du secteur, avec la reprise des visites par exemple, n’est pas aussi puissant que lors du premier déconfinement. Enfin, pour continuer à souligner les points positifs, seuls 16% des sondés justifient le report par une crainte de perte des revenus (-5 points).

Enfin, l’enquête s’attachait aussi à comprendre les envies des acquéreurs. Pour 80% d’entre eux, l’emplacement est le critère essentiel, devant le prix (78%) et la localisation géographique (62%). Le confinement n’a pas tant fait évoluer les désirs d’air et de verdure, puisque 25% accordent une importance prioritaire aux balcons et 22% aux espaces verts. Ces critères sont restés les mêmes pour trois quarts des sondés malgré la crise. Le contexte économique et sanitaire n’a pas empêché 62% des Français de maintenir leur projet (ils étaient 80% en octobre…).