Immobilier : le 3e semestre 2021 en berne

-19% de ventes de maisons et -11% de ventes d’appartements : c’est un record national en matière de transactions immobilières sur ce 3e trimestre 2021 d’après Century 21. De quoi inquiéter les Français désireux d’acquérir un nouveau logement !

D’après le bilan réalisé par Century 21 à propos du 3e semestre 2021, les prix de l’immobilier sont historiquement élevés. Même si, a contrario, les taux d’intérêt pour les acquéreurs n’ont jamais été aussi bas, cela ne suffit pas à déclencher des ventes.

Dans le détail, relativement au 3e semestre de l’année 2020, on compte :

  • Une augmentation de 11% sur le prix du m2 pour les maisons, soit 2356€ en moyenne par m2 ;
  • Une augmentation de 7,3% sur le prix du m2 pour les appartements, soit 3895€ en moyenne par m2.

Cela se traduit donc par des ventes immobilières en chute libre : -19% de ventes de maisons et -11% de ventes d’appartements par rapport à l’année passée. Les ventes sont même inférieures de 5% à ce qu’elles étaient en 2019 à la même époque !

Comment expliquer cette hausse incroyable des prix immobiliers ?

Les Français sont en quête de biens plus grands pour bénéficier d’un cadre de vie plus agréable : conditions optimales pour télétravailler, jardin, etc. Cependant la demande accrue n’a pas fait baisser les prix immobiliers pour autant. L’inflation sans précédent du marché des énergies pèse aussi indirectement sur la balance de l’habitation.

Laurent Vimont, président du groupe Century 21, s’est par ailleurs exprimé sur le fait que la hausse des prix de l’immobilier ne doit pas pour autant inquiéter : « Il est normal que les prix augmentent pour ensuite se stabiliser et descendre quand la demande ne suit plus, pour que les transactions repartent. »

Le marché du neuf : une solution ?

Même si les logements anciens continuent de séduire de nombreux Français (record de transactions immobilières sur le marché ancien au 2e semestre 2021), les prix, en constante augmentation, ne permettent pas à tous les demandeurs d’y avoir accès. 

C’est pourquoi le marché du neuf est poussé par les agents immobiliers ! Ses prix sont en recul de 1,2% au global et connaissent même une baisse de 5,2% concernant les maisons. La construction de logements neufs apparaît alors comme une réelle solution pour jouer sur la tension des prix. Elle favoriserait aussi l’accès à la propriété pour les primo-acquéreurs. Aujourd’hui, seuls les cadres et les retraités, souvent en quête d’un second achat, voient leur part progresser parmi toute la population des acquéreurs.