En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Immobilier ancien : l’évolution des prix par ville en juin 2016

Le baromètre LPI-SeLoger dresse un classement par ville de l’évolution des prix signés du marché de l’immobilier ancien en juin 2016.

Immeuble ancien

Un immeuble ancien à Nîmes, dans le Gard.

Avec un prix un m² signé de 1 789€, Nîmes n’est pas la ville où les logements anciens sont les plus chers mais elle enregistre tout de même la plus importante hausse sur l’année (+18%). En-dessous des 10% d’augmentation, se trouvent Reims, où le m² coûte 2 420€ (+9,1%), Saint-Etienne, 1 354€ le m² (+8,5%) et Limoges, 1 424€ le m² (+6,5%).

Progression modérée à Paris

Les villes où la hausse du prix des appartements anciens est la moins marquée sont Paris (+0,5%) et Lyon (+0,8%). « À Paris, les progressions sont modérées mais tranchent avec les tendances récessives de l’hiver dernier », analyse Michel Mouillart, professeur d’économie à l’université Paris-Ouest et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger.

Certaines villes françaises bénéficient d’une baisse des prix de l’immobilier. C’est le cas de Perpignan et de Tours, qui voient le prix au m² de leurs logements anciens dégringoler de respectivement 8,7% (1 675€) et 7,3% (2 351€). L’occasion pour les particuliers d’accéder à la propriété en faisant quelques économies et souscrire une assurance habitation pour couvrir le nouveau bien immobilier.