En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

L’augmentation des prix de l’immobilier ancien en France en 2017

Sur l’année 2017, le volume des ventes de logements anciens est estimé à 952 000 en hausse de 15,5% sur un an. Les prix ont également augmenté de 5% dans l’Hexagone, jusqu’à 7,8% à Paris, selon les Notaires de France.

immobilier ancien

« Ce niveau constitue le plus haut niveau jamais enregistré ». Les Notaires de France ont utilisé ces mots pour caractériser le volume des ventes de logements anciens en 2017. Sur l’ensemble de la France, ces ventes ont frôlé le million en hausse de 15,5% sur l’année. Dans le détail, cette augmentation est de 15,1% en Ile-de-France et de 15,6% en province sur un an.

Parallèlement, les prix ont également décollé sur la même période. Pour les appartements anciens, ces prix sont en hausse de 5,1% et pour les maisons anciennes, de 3,1%. Ces évolutions ont été continues tout au long de l’année, même si elles sont plus significatives en province qu’en Ile-de-France pour les maisons anciennes.

Fortes hausses à Bordeaux, Paris et Nantes

Les hausses de prix des appartements anciens restent très différentes selon la localisation. Ainsi, Bordeaux est en tête des plus fortes progressions (+12,1% du prix au mètre carré en un an), devant Paris (+7,8%) et Nantes (+6,3%). En revanche, les seules villes à enregistrer une légère baisse des prix sont Dijon (-1,3%), Saint-Etienne (-2,4%) et Le Havre (-3,8%).

« Ces hausses des prix sont liées à la reprise économique et au fait que les vendeurs comme acquéreurs n’attendent plus car ils veulent profiter de la baisse des taux d’intérêt », explique Thierry Thomas président de l’Institut notarial de droit immobilier. La crainte d’une remontée des taux d’intérêt en 2018 pousse donc les volumes et les prix des transactions.