En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Près d’un Francilien sur 4 veut acheter en province

Depuis le début de la crise sanitaire, le nombre de Parisiens voulant acheter une habitation hors de leur région est en constante augmentation. Une étude vient confirmer cette tendance.

Le télétravail et le confinement ont encouragé les Franciliens qui le pouvaient à gagner la province, et même la campagne. C’est surtout le prix de l’immobilier et l’impossibilité d’avoir un prêt qui ont convaincu une bonne partie d’entre eux de chercher un logement hors de l’Île-de-France. Selon une récente étude de SeLoger, 23% des Franciliens veulent acheter en province.

En février 2020, ce chiffre n’était que de 14% et a progressivement évolué, passant de 17% en avril à 18% en mai. Et tout porte à croire que ce n’est qu’un commencement. Dans le détail, ceux qui veulent quitter la région francilienne imaginent surtout acquérir une maison (38%) davantage qu’un appartement (24%). Plus d’un tiers d’entre eux n’ont pas encore tranché cette question.

Pas plus d’attractivité pour les régions

A l’inverse, les habitants de province sont heureux là où ils se trouvent puisque 97% d’entre eux excluent totalement l’Île-de-France de leurs recherches de logement. Ce chiffre est en augmentation de +1% par rapport au mois de février. Les restrictions de déplacement et le confinement ont aussi fait croître les recherches de maisons sur le site SeLoger de 25%.

Malgré ces phénomènes observés, surtout dans l’intention, les régions n’ont pas réussi à être plus attractives. La majorité des recherches a été effectuée au sein même de la région où l’acheteur habitait. Une légère tendance à la hausse a été remarquée dans le Nord-Ouest (23% contre 19% en avril), ainsi qu’une tendance à la baisse pour le Sud-Ouest (11% contre 14% en avril).