En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Immobilier : les professionnels demandent au gouvernement le rétablissement des visites

Depuis le confinement, les visites de biens immobiliers ne sont plus autorisées. Les professionnels du secteur ont demandé au gouvernement de lever cette interdiction, quitte à renforcer les protocoles sanitaires.

visite agent immobilier

C’est un SOS lancé au gouvernement. Dans une tribune publiée lundi 9 novembre, 10 grands noms de l’immobilier (l’Adresse, Century 21, Citya, Era, Foncia, Guy Hoquet, Laforêt, Nestenn, Nexity et Orpi) demandent à l’Etat de revoir sa position par rapport aux visites de biens à acheter ou à louer, qui ne sont pas autorisées durant le confinement. Selon ces professionnels, cette interdiction « bloque l’intégralité des ventes et des locations ».

Ces grandes agences immobilières déplorent un manque de cohérence. En effet, les visites d’appartements ou maisons sont proscrites tandis qu’il est toujours possible de « signer un mandat de vente, contracter un prêt immobilier auprès de sa banque, régulariser un acte chez son notaire et même déménager ». Une telle interdiction « plonge certains de nos compatriotes dans des situations de détresse et de grande fragilité », avertit le communiqué.

Renforcer les efforts sanitaires

Pour que les visites puissent reprendre, les dirigeants de ces 10 entreprises immobilières se disent « prêts à renforcer encore les protocoles » sanitaires. Ils proposent notamment de limiter le nombre de visites et le nombre de visiteurs, de nettoyer les lieux à chaque passage, ou encore d’obliger tous les collaborateurs à télécharger l’application TousAntiCovid pour pouvoir tracer les visites.

Avec l’arrêt des visites, les professionnels redoutent aussi une hausse des prix immobiliers. « Les projets suspendus durant le confinement vont s’accumuler et entretenir la hausse des prix », prévoient-ils. « Dans un contexte économique difficile, cela va plonger de nombreux Français dans des situations complexes ». Reste à savoir si le gouvernement aura entendu leur demande, alors que le Premier ministre Jean Castex doit s’exprimer ce jeudi à 18h.