Taux immobilier en hausse : la fin de l’âge d’or

Après plusieurs mois au beau fixe, l’accès au crédit immobilier est aujourd’hui fortement compromis pour certains ménages. Le marché se dégrade à vitesse grand V, et les banques opposent désormais des refus nets aux candidats à faibles revenus qui souhaitent acquérir une habitation.

 hausse taux d'intérêt

Les professionnels de l’immobilier tirent la sonnette d’alarme : la hausse des taux d’intérêt s’accentue, retardant, voire annulant tout simplement les projets d’investissements de nombreux candidats à la propriété. Certains se voient ainsi refuser par la banque un dossier qui aurait été accepté il y a de cela encore quelques mois. Cette baisse se traduit par une chute de 9% des prêts accordés entre le deuxième trimestre 2021 et le deuxième trimestre 2022*.

De 1,06 % à 1,52 % : c’est la hausse qu’a connu le taux immobilier moyen entre décembre 2021 et juin 2022* !

Les causes de la hausse des taux immobiliers

En cause dans la hausse des taux d’intérêt : l’inflation, bien sûr, qui s’élevait à plus de 5% en juin, et qui est la conséquence directe de la guerre Russo-Ukrainienne. 

Mais elle n’est pas la seule responsable. En effet, les commentateurs accusent la nouvelle limitation du taux d’endettement à 35% par foyer. En vigueur en France depuis le 1er janvier 2022, cette contrainte inédite complique beaucoup l’accès de certains ménages à la propriété. Ces derniers voient leur projet d’achat de logement refusé par les banques, et sont contraints de modifier, voire tout simplement d’annuler leur projet d’investissement. Couplée à la durée de remboursement maximale de 25 ans, cette réglementation représente un coup dur pour les ménages à faibles revenus souhaitant accéder à la propriété.

* Selon les données de l’observatoire Crédit logement/CSA