Logement neuf ou ancien : quel impact sur la prime d’assurance ?


Cela coûte-t-il moins cher d’assurer un logement neuf qu’ancien ? L’étude de LeLynx vient confirmer cette idée d’une prime plus élevée dans l’ancien, mais les écarts sont finalement très petits, et dépassent rarement une dizaine d’euros par an.

Plus cher d’assurer un logement ancien

Ce n’est pas une grande surprise : assurer un logement ancien coûte plus cher qu’assurer un logement neuf. Selon les données dévoilées par LeLynx.fr, la prime moyenne* pour une habitation neuve est de 156,53€/an ; pour un logement ancien, cette prime est de 167,51€/an. Cependant, ces chiffres montrent que l’écart demeure relativement restreint.

Comment expliquer cet écart limité ? Tout d’abord, un logement ancien va impliquer un risque et une sinistralité plus grands. L’humidité, les incendies, les dégâts divers sont plus fréquents dans les habitations dont la construction remonte à plusieurs décennies, par exemple. Malgré cela, les assurances de logements neufs ou en construction contiennent de nombreuses garanties qui font monter la facture (garantie parfait achèvement, dommage-ouvrage, achèvement extrinsèque…).

Un écart qui augmente avec la surface

La différence de prime entre les logements neufs et anciens ne se ressent presque pas pour les petites surfaces. Ainsi, pour les biens entre 9m² et 20m², la différence sera à peine de 4€ (87,11€/an pour le neuf ; 91,29€/an pour l’ancien).

Logiquement, plus la surface d’une habitation est grande, plus le montant de la prime d’assurance sera élevé. L’écart de prix constatable entre le neuf et l’ancien va donc s’accentuer en parallèle du nombre de mètres carrés. Ainsi, pour les logements de 40m² à 50m², l’écart sera d’environ 8€ (116,41€/an contre 124,80€/an). L’écart maximal constaté (18€) concerne les surfaces comprises entre 100m² et 150m².

L’écart des tarifs d’assurance entre le neuf et l’ancien est bien plus prononcé pour les maisons (-14€ pour une maison neuve) que pour les appartements (-4€ pour un appartement neuf).

Appartements : l’étage influence-t-il la prime ?

On dit souvent qu’habiter au rez-de-chaussée ou au dernier étage d’un immeuble augmente considérablement la probabilité de subir un sinistre. Cela aurait donc pu se ressentir au niveau du coût de la prime d’assurance. Pourtant, on remarque des différences minimes.

Dans le neuf, il faut compter 129,09€/an en moyenne pour assurer un appartement au dernier étage, 130,14€/an à un étage intermédiaire et enfin 133,69€/an pour le rez-de-chaussée, où le risque de sinistre est toujours le plus élevé.

Dans l’ancien, les variations sont tout aussi légères, mais cette fois, ce sont les étages intermédiaires qui en pâtissent. Il faut en effet dépenser 138,06€/an pour un étage médian ; contre 130,55€ pour le dernier étage ou 130,28€/an pour le rez-de-chaussée. Cela se justifie aisément : dans les immeubles anciens, les appartements situés aux extrémités ont souvent une plus petite surface, tels que les chambres de bonne.

*Méthodologie : le prix moyen en fonction de la surface, de l’étage et du type de logement est basé sur les primes d’assurance habitation cliquées par les internautes ayant effectué une comparaison d’assurance habitation sur le site lelynx.fr du 01/09/2019 au 31/08/2020 pour une maison ou un appartement, neuf ou ancien, pour un total de 228 597 prix cliqués sur la période pour l’ensemble de la France métropolitaine.

Cet article vous a-t-il été utile ?