Assurance habitation : faut-il souscrire celle de sa banque lors d’un prêt immobilier ?

Avec la multiplication des prêts immobiliers dernièrement, les établissements bancaires sont de plus en plus nombreux à proposer leur propre assurance habitation. C’est pour eux un moyen de se diversifier mais surtout de convaincre des clients à une étape cruciale de leur achat… Voici le point sur l’augmentation des prêts et vos droits vis-à-vis de votre banque !

pret immobilier et assurance habitation

Votre banque peut-elle poser cette condition à votre souscription de prêt immobilier ?

Suite à l’acceptation de votre offre par le propriétaire d’un bien immobilier, vous allez naturellement consulter votre banque pour obtenir un crédit immobilier. Votre conseiller vous parlera alors d’une assurance liée au prêt et très possiblement de l’assurance habitation proposée par l’établissement. Or, vous n’avez aucune obligation de souscrire celle de votre banque !

Si jamais vous désirez résilier votre assurance habitation, sachez que la démarche est simplifiée et n’engage aucun frais depuis la Loi Hamon datant de janvier 2015. Il faudra tout de même attendre un an avant de pouvoir souscrire ailleurs mais c’est votre nouvel assureur qui s’occupera de toute la gestion administrative.

Acquisition de bien immobilier : le prêt à taux zéro gagne une prolongation jusqu’à la fin de l’année 2023

Les prêts immobiliers se multiplient ce moment grâce à des taux d’intérêt extrêmement intéressants ! La prolongation du prêt à taux zéro (PTZ) jusqu’à fin 2023 en fait partie mais l’on voit aussi des clients négocier leur prêt avec des taux d’intérêt en dessous de 1%. Certains taux sont même descendus jusqu’à 0,7% selon les profils.

Qu’est-ce qu’un prêt à taux zéro ?

Il s’agit d’un prêt sans intérêt accordé sous conditions de ressources. Il doit forcément servir à financer en partie l’achat de votre première propriété définie comme « résidence principale ». Il peut être gratuit sur une période de 25 ans et remboursé en différé sur une période entre 5 et 10 ans.

Cet enthousiasme pour l’acquisition de biens immobiliers risquerait cependant de se ternir un peu avec la nouvelle réglementation de l’HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière), qui prévoit un encadrement strict du crédit immobilier pour 2022.