En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Comment lutter contre la pollution intérieure dans son logement ?


La pollution intérieure dans un logement a longtemps été un sujet inconnu pour beaucoup, cependant aujourd’hui, il s’agit d’un problème de santé publique. Bien souvent, la qualité de l’air intérieur est d’ailleurs plus polluée que celle de l’extérieur. Précisions.

Qu’est-ce que la pollution intérieure ?

La pollution intérieure désigne tout simplement la pollution présente dans un environnement fermé intérieur, non industriel, comme les habitations, les bureaux ou encore les établissements publics et de santé. Selon l’Ademe, chaque individu passe environ 80% de son temps dans ce type de lieu clos.

Pourtant, la qualité de l’air que l’on respire joue un rôle prépondérant sur notre santé et notre confort. Bien souvent, sans s’en rendre compte, elle est moins bonne à l’intérieur de chez soi qu’à l’extérieur, ce qui pose un réel problème pour les personnes fragiles, à l’image des enfants, des bébés, des personnes âgées et des malades.

Quels effets sur la santé ?

Dans tous les cas, une mauvaise qualité de l’air dans votre logement peut avoir des effets sur votre santé, autant à court terme qu’à long terme. En effet, des effets immédiats sont observés si vous inhalez des doses assez fortes de polluants comme une irritation des yeux ou de la gorge mais aussi des nausées, intoxications ou asphyxie. Sur le long terme, on observe également l’arrivée de pathologies plus graves comme des troubles respiratoires ou des maladies cardiovasculaires.

Pollution intérieure de l'air

Quels sont les principaux polluants de l’air intérieur ?

Les natures des différents polluants présents dans votre logement :

  • Polluants chimiques : matériaux de construction ou de décoration, fumée de tabac, produits d’entretien, pesticides, équipements de combustion… ;
  • Polluants biologiques: animaux, moisissures, bactéries, poussières… ;
  • Particules, fibres: pollens, gaz d’échappement, isolation, chauffage au bois ou au fioul… ;
  • Gaz radioactif: essentiellement le radon issu des sols.

 

Crédits : Ademe

Quelles solutions pour améliorer la qualité de l’air dans votre logement ?

Si vous souhaitez assainir l’air intérieur de votre logement et ainsi éviter les éventuelles conséquences pour la santé, il est conseillé de suivre quelques recommandations :

  • Aérez votre habitation est la meilleure façon de lutter contre ce phénomène, tout simplement en ouvrant les fenêtres au moins 10 minutes par jour, été comme hiver ;
  • Faites vérifier vos équipements de chauffage à combustion chaque année par un professionnel, afin d’éviter les intoxications au monoxyde de carbone ;
  • Faites également vérifier votre ventilation mécanique contrôlée (VMC) afin d’expulser l’humidité ;
  • Privilégiez un produit d’entretien multi-usages afin d’éviter un mélange de particules dans l’air ;
  • Evitez de fumer à l’intérieur de votre logement et de brûler de l’encens de façon régulière ;
  • Ne surchauffez pas votre logement (20°C au maximum) pour éviter les acariens ;
  • Lavez régulièrement vos animaux de compagnie et brossez- les à l’extérieur de votre habitation.
Astuce Malynx !

Si vous souhaitez savoir si vous adoptez les bons gestes chez vous, le ministère de la Transition écologique et solidaire a mis en place un quiz en ligne pour tester vos habitudes.

Cet article vous a-t-il été utile ?