Journée sans paille : ces gestes écolos qui font la diff’


En ce jeudi 3 février 2022, nous fêtons la journée internationale sans paille. L’occasion pour tous les Malynx de repenser leurs choix de consommation et leurs habitudes de vie afin de rendre leur habitation et leurs sorties « climato-friendly » ! Zoom sur ces petits gestes écolos qui font la différence.

Geste n° 1 — Dites stop au jetable

Les déchets plastiques sont de véritables dangers pour l’environnement. À l’image des pailles en plastique, qui, lorsqu’elles se retrouvent dans la nature, peuvent mettre des milliers d’années à disparaître complètement. Sans parler du fait que leur petite taille les rend facilement ingérables par les animaux. L’usage de ce petit ustensile en plastique est d’ailleurs interdit en France depuis le 1er janvier 2021.

déchets plastiques sur une place

La paille fait partie des 10 déchets les plus retrouvés sur les côtes marines.

Loin d’être indispensable, la paille en plastique peut aisément être supprimée ou remplacée. Pensez aux pailles en inox, en verre ou même… en pâtes ! La marque Panzani commercialise en effet des « PanzaPaille » comestibles.

De même, munissez-vous d’un sac en toile pour vos courses, remplacez votre bouteille d’eau en plastique par une gourde en inox, et recyclez vos déchets plastiques.

Et pour les occasions spéciales, pensez à emballez vos cadeaux avec du papier de récup’ (journaux, catalogues, mais aussi tissus, etc.). Cela peut donner des emballages vraiment originaux !

Geste n° 2 — Achetez d’occasion

L’occasion a le vent en poupe. Économique et écologique, l’achat de seconde main se démocratise de plus en plus, avec une progression moyenne de 12 % par an.

Pour satisfaire la demande grandissante, les sites de revente fleurissent de toute part, à l’image du géant Vinted qui s’est imposé sur le marché de la seconde main en à peine quelques années. De son côté, Leboncoin fait le bonheur de milliers de Français chaque jour. Vêtements, produits électroniques, voitures, accessoires pour le logement, tout y passe.

Vous craignez les arnaques ? Rassurez-vous, ces plateformes ont investi beaucoup de temps, d’énergie et d’argent pour être à même de sécuriser les ventes réalisées via leur intermédiaire. Il y a donc aujourd’hui beaucoup moins de risques à acheter sur ces serveurs.

Concernant la réception des biens d’occasion, le mieux reste tout de même de choisir la remise en main propre : si la vente en ligne a par nature une empreinte environnementale moins importante que la vente traditionnelle, le transport routier des colis et les emballages restent des sources de pollution importantes.

Geste n° 3 — Troquez votre voiture contre un vélo ou les transports en commun

Vélo, trottinette, covoiturage, autopartage… De nombreuses solutions de mobilité verte se multiplient dans les agglomérations. Si vous en avez la possibilité, échanger l’un de vos trajets en voiture contre un trajet alternatif est une option écologique durable, davantage respectueuse de l’environnement.

Bien sûr, dans les zones rurales, la situation est beaucoup plus compliquée, ce qui explique pourquoi le choix des usagers se porte encore largement sur la voiture.

Où que vous habitiez, vous avez la possibilité de calculer les émissions de carbone de vos trajets sur le site de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).

Geste n° 4 — Réduisez votre usage des produits chimiques ménagers

un homme nettoie un plan de travail

Le saviez-vous ? Le vinaigre blanc est une alternative écologique efficace qui peut remplacer bon nombre de vos produits ménagers ! Ces derniers contiennent généralement des substances chimiques particulièrement nocives pour l’environnement. Une fois reversés dans la nature via les canalisations, ils sont un désastre pour les écosystèmes.

Geste n° 5 — N’achetez que l’essentiel

une femme fait les courses

C’est plus facile à dire qu’à faire, on le sait bien. Néanmoins, c’est un conseil qui vous servira autant à réaliser des économies financières qu’à réduire votre impact sur le changement climatique !

L’environnement est une véritable victime de la surconsommation généralisée. Comprendre l’impact de nos choix de consommation aide à les modifier dans le bon sens.

Comprendre les impacts de la surconsommation sur l’environnement
– Production : pour produire des biens à très grande échelle, il faut prélever des ressources naturelles de manière intense. Ce faisant, on empiète nécessairement sur les conditions de vie d’autres espèces.
– Transformation : la transformation de ces ressources naturelles en biens nécessite d’exploiter de très grandes quantités d’énergie (électricité, pétrole).
– Transport : le transport de ces produits jusqu’aux lieux de consommation (centres commerciaux, pharmacies, épiceries, etc.) a lui aussi un impact dramatique sur les écosystèmes : camions, trains et bateaux rejettent des substances polluantes et du gaz carbonique dans l’atmosphère.
– Consommation : consommer ces biens implique de générer de nombreux déchets (emballages et produits usagés) et des déplacements en voiture pour se rendre sur le lieu d’achat.

En bref, vous l’avez compris, consommer est en soi un acte potentiellement dommageable pour l’environnement. D’où l’intérêt de limiter ses achats.

Par conséquent, nous vous recommandons de réfléchir en amont à chaque achat, et de lister ce dont vous avez besoin avant d’aller faire les courses. Également, on y pense rarement, mais faire ses emplètes l’estomac plein permet d’éviter les achats alimentaires compulsifs !

Toujours dans cette lignée, réduire le gaspillage est essentiel pour limiter la surconsommation : en France, ces pertes alimentaires représentent pas moins de 10 millions de tonnes de produits par an.

De même, consommer local et de saison permet de réduire considérablement son empreinte carbone, en limitant les transports des aliments sur de longs trajets et en privilégiant les producteurs régionaux.

Enfin, prenez le réflexe de réparer au lieu de jeter. Si vous n’êtes pas un bricoleur dans l’âme, sollicitez l’aide d’un proche, d’un voisin, ou d’une association.

Cet article vous a-t-il été utile ?