En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Malgré les disparités, les Français satisfaits de la qualité de leur logement

Les Français ne sont pas égaux face à la qualité de leur logement. Une étude récente dresse les motifs de satisfaction et d’insatisfaction mais également les principales attentes en matière d’habitation.

Couple devant une maison

D’après l’enquête d’opinion de l’association Qualitel réalisée par Ipsos, le score de qualité moyen d’un logement en France est de 6,7/10 (sur la base de 15 critères : confort thermique, confort acoustique, luminosité…). « Ce chiffre masque des disparités importantes selon les profils sociodémographiques et le type de logement occupé », note l’étude.

Ainsi, les propriétaires (7,2/10) sont plus satisfaits de la qualité de leur logement que les locataires (5,9/10), tout comme ceux qui résident dans une maison (7/10) plutôt qu’en appartement (6,2/10).

Les Français qui habitent en zone rurale (7,1/10) notent également mieux leur résidence que ceux dans Paris intra-muros (6,2/10). Enfin, de manière globale, les plus de 60 ans (7,1/10) sont mieux lotis que les 25-44 ans (6,4/10).

Des disparités qui existent également en matière d’assurance habitation, avec des écarts jusqu’à 104€ par an entre l’Île-de-France et la Bretagne, comme le révèle le baromètre LeLynx.fr >> Lire l’étude complète

L’importance de la surface et de l’âge du logement

Parmi les critères de satisfaction, « la surface joue évidemment un rôle important », précise l’enquête avec les plus grandes surfaces les mieux notées. La date de construction du logement cause également d’importantes disparités entre les Français avec un score de satisfaction qui chute pour les logements construits entre 1900 et 1980 tandis que ceux antérieurs à 1900 sont davantage acceptables pour leurs occupants.

Pour autant, l’étude Qualitel a identifié 5 « plaies » affectant tout particulièrement la qualité de vie dans un logement, particulièrement en appartement et en ville : la mauvaise isolation thermique, une consommation énergétique excessive, l’isolation acoustique déficiente, la mauvaise qualité des matériaux de construction et la mauvaise aération.

qualitel-ipsos-5-plaies-logement-france