En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Mal-logement : 15 millions de personnes sont touchées en France en 2019

Selon le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre, près de 15 millions de personnes sont touchés par le phénomène de mal-logement, soit un Français sur 5. L’association incite donc les pouvoirs publics à modifier sa politique.

étudiant logement

« Plus d’un cinquième de la population est concerné par un problème de logement dans notre pays ». C’est le constat effectué par la 24ème édition du rapport annuel sur « l’Etat du Mal-Logement » en 2019 réalisé par la Fondation Abbé Pierre. Selon ses chiffres, près de 15 millions de personnes sont touchés par ce problème lié à leur habitation.

Dans le détail, la Fondation Abbé Pierre précise que 4 millions de personnes sont directement mal-logés, c’est-à-dire qu’elles n’ont pas de domicile ou une habitation insalubre ou surpeuplée. D’autre part, plus de 12 millions sont « fragilisés par rapport au logement » avec des loyers impayés, une précarité énergétique ou un budget pour se loger trop élevé par rapport à leurs revenus.

« Une dégradation de la situation »

Le constat est d’ailleurs plutôt alarmiste car l’association précise que « la plupart de ces chiffres montrent une dégradation de la situation ». Pour exemple, 5 732 000 Français dépensent plus de 35% de leurs revenus dans leur appartement ou leur maison. Un signe que l’inégalité face au logement se creuse puisque les plus aisés y consacrent moins de 10%.

Pour remédier à ce problème, la Fondation Abbé Pierre demande la multiplication de logements sociaux disponibles aux plus précaires et la mise en place d’un plan global de rénovation énergétique. Pour financer ces projets, l’association avance la mise en place d’une taxe sur les ventes de logements de luxe ou la hausse de celle sur les droits de succession.