En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Les Français n’ont pas confiance dans le marché de l’énergie

Le médiateur national de l’énergie a publié son rapport d’activité pour l’année 2016, qui met l’accent sur le manque de confiance dans consommateurs dans le marché.

Eclairage Electricité

Avec 2,1 millions de consommateurs informés par le médiateur d’énergie en 2016, contre 1,9 millions l’année précédente, l’institution affiche un intérêt grandissant des Français pour ses services de médiation.

Si le nombre de litiges est resté stable entre 2016 et 2015, le nombre de recommandations de solution en médiation a augmenté de 2 910 en 2015 à 3 183 en 2016. Dans 80% des cas, les recommandations du médiateur ont été mises en œuvre par les opérateurs, précise l’institution dans un communiqué.

Le démarchage à domicile sous l’œil du médiateur

Le médiateur de l’énergie indique aussi qu’en 2016, 39% des Français ont déclaré avoir été démarchés par un fournisseur d’électricité ou de gaz naturel. « Près de 10% des consommateurs qui ont contacté le médiateur se sont plaints de leurs pratiques commerciales », précise-t-il, comme des argumentations trompeuses, des pratiques agressives ou encore des ventes forcées. Une tendance qui se confirme en 2017 d’après l’institution.

Dans son communiqué, le médiateur précise que malgré ses demandes réitérées, il n’a toujours pas « été déclaré compétent par le législateur pour résoudre à l’amiable les litiges précontractuels liés à l’énergie », rendant impossible la médiation pour les consommateurs victimes de ces abus.

Pour le maintien des tarifs réglementés

Jean Gaubert, le médiateur de l’énergie, se dit favorable également « au maintien des tarifs réglementés de vente d’électricité et de gaz naturel afin qu’ils servent de bouclier pour protéger le porte-monnaie du consommateur, quelle que soit sa situation financière ». Si les particuliers sont encore épargnés à ce niveau, en 2016, les tarifs réglementés ont été supprimés pour les professionnels et « beaucoup ont subi la transition vers un nouveau fournisseur sans vraiment la choisir », indique le médiateur, résultant dans une augmentation de leurs factures.