Encadrement des loyers : l’Est de Paris mauvais élève

 

Une étude réalisée pour Le Monde révèle que l’encadrement des loyers, destiné à éviter la flambée déraisonnable des prix des logements, n’est pas respecté dans l’Est parisien, et notamment dans les quartiers en cours de « boboïsation ».

Un hiver 2016 froid

Ces zones hybrides de l’Est de Paris – plus tout à fait populaires, mais pas encore complètement branchées – sont le cauchemar des locataires. Les prix au m2 s’y envolent, car les propriétaires saisissent l’occasion d’imposer des loyers élevés en jouant sur l’évolution positive du quartier. Dans le nord du 19e arrondissement, par exemple, de l’avenue de Flandres jusqu’au cinéma MK2, plus d’une annonce sur deux ne respecte pas la loi ! Idem pour les appartements de la porte de Clignancourt, qui bénéficient du rayonnement des Abbesses.

Au total, près de 29 % des biens seraient au-dessus du loyer de référence majoré. En vigueur à Paris depuis le 1er août 2015, l’encadrement des loyers reste donc une mesure « vitrine » encore peu respectée. Pour rappel, le dispositif prévoit qu’à la signature d’un nouveau bail ou lors d’un renouvellement, le loyer d’un logement ne peut excéder de 20 % un loyer de référence défini par l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (OLAP).

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres