« Bâle IV » : inquiétude chez les professionnels de l’immobilier

 

Les nouvelles réglementations que pourrait mettre en place le Comité de Bâle à propos de la production des crédits agitent les professionnels français de l’immobilier.

Les banques françaises.

C’est une initiative du Comité de Bâle, l’instance en charge de proposer les régulations financières internationales, qui met en émoi les acteurs du logement privé. L’institution envisagerait de sécuriser davantage le bilan des banques qui accordent beaucoup de crédits longs à taux fixe, comme les crédits immobiliers.

Ces réglementations – dites « Bâle IV » – demanderait aux banques concernées « davantage de ressources propres pour qu’elles puissent faire face à des chocs macroéconomique et/ou financier », explique le journal La Tribune, mais n’interviendrait pas avant la période 2019-2024.

Un accès au crédit plus complexe

Pour les banques françaises, augmenter leur capital est trop compliqué dans l’environnement actuel. Cela les obligerait à réduire la voilure sur les crédits immobiliers, faute de pouvoir respecter la réglementation.

La crainte que « l’accès au crédit soit brutalement rendu plus complexe au profit d’une meilleure sensibilité au risque des expositions des établissements bancaires » est très présente pour la fédération des promoteurs immobiliers d’Île-de-France, qui pense que de telles réglementations donneraient « un nouveau coup de frein à la construction de logements ».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres