L’UFC-Que Choisir dénonce les pratiques abusives du marché de la location

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir a publié, mardi 23 août, une enquête sur les pratiques douteuses des agences immobilières pour la location en France.

Réalisée du 14 mars au 02 avril 2011 auprès de plus de 1000 agences immobilières, l’enquête mettait en scène un candidat locataire, à la recherche d’un 2 pièces de 40m2.

Le candidat fictif gagnait un salaire mensuel 3 fois supérieur au montant du loyer et ne bénéficiait pas de garant.

Un accès à la location rendu très difficile

L’UFC-Que Choisir pointe du doigt des pratiques qu’elle juge «bien peu louables», pour ne pas dire scandaleuses, voire complètement illégales.

Ainsi, il ressort de l’enquête que:

  • Dans 62% des cas, les agences immobilières exigent du candidat à la location des documents interdits, tels que l’attestation de l’employeur (46%), l’attestation du précédent bailleur (10%) ou encore une photo d’identité (10%);
  • Dans 28% des cas, l’absence de garant est problématique et ce, même si le salaire du candidat est 3 fois supérieur au montant du loyer;
  • Dans 21% des cas, les honoraires et toutes les informations pertinentes ne sont pas visibles de l’extérieur de l’agence;
  • Dans 28% des cas, l’obligation d’affichage de l’étiquette énergétique n’est pas respectée.

Enfin, l’association note qu’en dépit de la jurisprudence constante en matière d’honoraires dus par le locataire, qui dispose que celui-ci ne doit à l’agence que la seule rédaction du bail, le candidat à la location paie en moyenne 93% du loyer mensuel hors charge en guise d’honoraires d’agence.

C’est dans ces conditions que l’association de consommateurs appelle à un contrôle accru des procédés des agences immobilières, lesquels devraient être soumis à des sanctions lorsqu’ils sont abusifs.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres