UFC Que Choisir dénonce l’absence d’un dispositif garantissant une assurance habitation pour tous

Le 27 octobre, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir mettait en avant le fait que si la trêve hivernale des expulsions, interdisant aux propriétaires d’expulser les locataires pendant l’hiver, allait commencer le 1er novembre, elle n’avait malheureusement pas son équivalent en matière d’assurance habitation.

Ce qui signifie en termes un peu plus clairs, que les locataires, obligés par la loi d’assurer leur logement non meublé contre les risques locatifs, ne bénéficient pas d’une «trêve assurantielle» et peuvent, en raison d’un défaut d’assurance, se faire expulser de leur habitation, alors même qu’aucun organisme visant à pallier le défaut d’assurance habitation n’existe en France.

«Toute assurance obligatoire doit avoir pour corollaire la mise en place d’un dispositif en garantissant l’accès»

Partant du constat qu’environ 640000 locataires voient leur contrat d’assurance habitation résilié chaque année, l’association de consommateurs lance un pavé dans la mare.

La résiliation de l’assurance habitation étant laissée à la discrétion des compagnies d’assurance, il est généralement difficile pour un locataire résilié de trouver une autre multirisque habitation et, s’il y parvient, il doit s’attendre à des tarifs bien plus élevés.

Ne faudrait-il pas, à l’instar du Bureau Central de Tarification (BCT) censé désigner d’office une assurance automobile au demandeur qui aurait essuyé 2 refus, créer un organisme qui puisse garantir à tous les locataires, et en particulier les résiliés, un accès simple à la multirisque habitation?

Mieux encore, UFC Que Choisir propose au gouvernement d’examiner la possibilité moins coûteuse, d’inclure une section destinée aux assurances habitation au sein même du BCT.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres