La question du logement au cœur de la présidentielle 2012

Ce qu’il y a de bien à l’approche des élections présidentielles, c’est que les candidats, tous partis politiques confondus, ont plein de grands projets sociaux. Rarement suivis d’effets une fois l’élection passée, ces projets ont toutefois le mérite de nous faire apercevoir un monde utopiste où en fait, des changements sont envisageables. La question du logement a ainsi été abordée par plusieurs candidats, nous apprend LeParisien.fr et chacun propose des améliorations possibles.

Aujourd’hui, mercredi 1er février, la fondation Abbé-Pierre a publié son 17e rapport annuel dans lequel elle fait état de plus de 3.6 millions de personnes mal logées ou sans abri en France. Plus largement, la crise du logement concernerait 8 millions de personnes.

François Hollande: l’encadrement de tous loyers dans les zones tendues

Le candidat socialiste François Hollande propose d’introduire «un mécanisme d’encadrement [des loyers] sur les zones tendues, notamment à la relocation».

En gros, l’idée serait d’encadrer légalement le montant des loyers à la relocation mais aussi à la première location, de telle sorte qu’ils «soient dans la moyenne des loyers environnantsdans les zones tendues », c’est-à-dire des prix pratiqués dans le voisinage.

Nicolas Dupont-Aignan: contrôler les loyers abusifs

Le candidat de Debout la République, Nicolas Dupont-Aignan propose quant à lui, d’encadrer le montant des loyers seulement pour les propriétaires qui «abuseraient», la définition de l’abus n’étant pas donnée.

Par ailleurs, le candidat souhaite aider les «classes moyennes à l’accession de la propriété immobilière».

UMP: non à l’encadrement oui à un accord sur les loyers

Pour l’UMP, encadrer les loyers serait en réalité contre-productif puisqu’une telle mesure aurait pour effet de dissuader les propriétaires demettre leurs biens en location et in fine, d’augmenter les prix des loyers.

À la place, le parti de l’Union pour un mouvement populaire préfère développer «l’intermédiation locative» pour les étudiants et propose que soit mis en place un «contrat donnant-donnant» qui accélèrerait les procédures d’expulsions des locataires si le propriétaire accepte d’appliquer des loyers faibles et de ne pas exiger de garanties.

Plus de candidats, plus de propositions pour les loyers

Tandis que Dominique de Villepin milite pour des incitations fiscales visant à encourager les propriétaires à « adapter » leurs prix aux revenus des classes moyennes, et à un système de garantie contre les impayés, François Bayrou propose que les cautions soient supprimées grâce à la mise en place par l’État d’une mutuelle, laquelle sera également apte à garantir les risques d’impayés.

Il est assez intéressant de constater qu’aucun candidat n’a soulevé la question de l’assurance habitation, obligatoire pour les locataires d’un logement non-meublé et sans laquelle, le locataire peut se voir expulsé de son logement.

Alors même que les cotisations d’assurance logement ont fortement augmenté en ce début d’année 2012 et que l’association UFC Que Choisir avait, en octobre dernier, dénoncé l’absence d’un dispositif apte à garantir l’accès à l’assurance habitation pour tous

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres