La pollution intérieure : un danger méconnu

Pollution intérieure de l'air

Échapper à la pollution atmosphérique en se réfugiant dans son habitation, un réflexe qui n’est pas forcément efficace pour protéger sa santé. Une enquête de l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) a en effet révélé la présence de dizaines de substances chimiques dans l’air des maisons.

Issus de produits utilisés au quotidien, les composés organiques semi-volatils (COSV) seraient présents dans l’air et les poussières d’un logement français sur deux. L’étude de l’OQAI, menée auprès de 400 foyers durant les années 2008 et 2009, a analysé le contenu des sacs d’aspirateur de ces habitations. Des pesticides, du bisphénol et des phtalates ont, entre autres, été détectés : autant de composés que l’on retrouve dans les peintures, les textiles d’ameublement, les ordinateurs, les moquettes, les feux de cuisson, les parfums, les produits nettoyants ou encore les fumées de cigarette et d’encens. Au total, plus de 30 substances nocives ont été repérées à la fois dans les poussières au sol et dans l’air. De plus, en comparant les résultats obtenus avec ceux d’autres pays, l’Observatoire a pu constater une plus grande quantité de bisphénol A dans les habitations en France.

Les enfants, plus vulnérables

Les enfants en bas âge restent les plus exposés à ces substances nocives. Non seulement, les enfants qui se déplacent à quatre pattes ont tendance à porter les mains à la bouche après avoir touché le sol, mais la peau des bébés absorbe également trois fois plus de substances chimiques. Soucieux de leur protection, l’OQAI réalise d’ailleurs en ce moment même une étude similaire dans les écoles alors que l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s’efforce d’établir la liste des composés les plus nocifs.

Effets sur la santé

Air intérieureLes COSV sont mis en cause en raison des effets néfastes sur les systèmes nerveux, immunitaire et hormonal. Toutefois, le niveau de concentration pour déterminer la toxicité de ces composés n’a pas encore été évalué. Pourtant, selon l’Organisation mondiale de la Santé, chaque année, 4,3 millions de personnes décèdent de maladies liées à la pollution de l’air intérieur en raison d’une mauvaise utilisation de combustibles solides, tels que le bois, les résidus agricoles, les déjections animales, le charbon et le charbon de bois.

Les décès se répartissent entre :

  • 34 % d’accidents vasculaires cérébraux,
  • 26 % de cardiopathies ischémiques,
  • 22 % de bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO),
  • 12 % de pneumonie,
  • 6 % de cancer du poumon.

De façon plus générale, les COSV engendrent l’inflammation des voies respiratoires et des poumons, ce qui détériore le système immunitaire et réduit la quantité d’oxygène que peut contenir un volume de sang donné.

Les gestes à adopter pour un air intérieur sain

  • Aérez votre logis tous les jours pour renouveler l’air,
  • N’arrêtez jamais les systèmes de ventilation mécanique,
  • Ne bouchez pas les ouvertures d’aération,
  • Évitez d’utiliser intensivement des parfums d’ambiance, des bougies ou de l’encens,
  • Ne fumez jamais à l’intérieur,
  • Évitez de faire sécher du linge à l’intérieur,
  • Si vous avez des animaux, brossez-les, lavez-les régulièrement et interdisez-leur l’accès aux chambres.
Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres