Si les cambrioleurs laissaient des récépissés, l’indemnisation assurance serait plus sûre

Sujet brûlant de l’actualité, la remise de récépissés par les policiers lors d’un contrôle d’identité, bien que refusée par le ministre de l’Intérieur, aurait fait des émules du côté des cambrioleurs d’Ile-de-France, nous rapporte la rédaction du Gorafi.fr.

En effet, ces cambrioleurs franciliens dont la déontologie n’est semble-t-il plus à prouver, prendraient la précaution de laisser au domicile de leurs victimes un «récépissé justificatif de cambriolage».

Le récépissé de cambriolage pour éviter une « forme de double peine »

Faisant mention des nom et prénom du cambrioleur, le récépissé justificatif de cambriolage daté et signé, liste également les biens volés et leur valeur. «Selon les premières constatations, nous raconte LeGorafi.fr, le récépissé servirait de justificatif à la bonne foi des victimes dans le cadre d’une déclaration de vol pour les assurances ou les services de police.»

Car, et on salue bien bas l’éthique des cambrioleurs qui «estiment que souvent les personnes cambriolées ont beaucoup de mal à faire valoir leurs droits auprès des assurances, c’est une forme de double peine.»

recepisse-cambriolage

En effet, et vous le savez peut-être déjà, pour faire jouer une garantie contre le vol dans un contrat d’assurance habitation, des traces d’effraction doivent être constatées. Ce qui exclut de base l’indemnisation de tout cambriolage effectué avec des méthodes plus sophistiquées qui n’impliqueraient ni de forcer la porte d’entrée ni une fenêtre fermée.

Étant donné qu’ils signent leur récépissé, les cambrioleurs d’Ile-de-France sont immédiatement arrêtés par la police qui indique d’ailleurs que «Ce n’est pas la première fois que nous constatons une pareille chose, mais il semblerait que désormais, plusieurs bandes de cambrioleurs aient adopté une ligne de conduite.»

Aucune des informations de cette actualité n’est vraie. La rédaction du Gorafi.fr précise à ce sujet que «tous les articles relatés ici sont faux (jusqu’à preuve du contraire) et rédigés dans un but humoristique. L’utilisation de noms de personnalités ou d’entreprises est ici à but purement satirique.». À découvrir!

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres