Baromètre 2016 des primes d’assurance habitation en France

Baromètre assurance habitation 2016

LeLynx.fr, leader de la comparaison d’assurance habitation, s’est intéressé aux disparités qui existent en France en matière de primes d’assurance habitation. Quelles sont les zones géographiques où assurer son logement coûte le plus cher ? Comment expliquer ces écarts jusqu’à 104€ par an entre l’Île-de-France et la Bretagne ? Explications en images.

Baromètre habitation 2016

Baromètre habitation 2016

L’Île-de-France et la région PACA payent le plus cher

La moyenne française pour les primes annuelles d’assurance habitation est de 156€ pour les appartements et de 242€ pour les maisons. La prime moyenne nationale, tous types de logements confondus, s’élève quant à elle à 189€ par an.

L’Île-de-France trône en tête de ce classement 2016 avec des primes moyennes annuelles d’assurance habitation de 176€ pour les appartements et de 291€ pour les maisons. La région est immédiatement suivie par la Provence-Alpes Côte d’Azur (PACA), qui affiche des primes annuelles moyennes de 168€ pour les appartements et de 274€ pour les maisons.

Le Nord-Ouest de la France paye le moins cher

Dans la tranche basse des primes d’assurance habitation françaises se trouvent les départements du Nord-Ouest de la France, notamment la Bretagne, où la cotisation annuelle pour un appartement est de 112€ en moyenne par an et de 187€ pour une maison. Le Pays-de-la-Loire et la Normandie figurent également parmi les régions où la prime est la moins chère, avec respectivement 119€ et 129€ pour les appartements et 199€ et 213€ pour les maisons.

Prime annuelle moyenne dans les 10 plus grandes villes

Qui paye le plus cher parmi les grandes villes ?

Du côté des grandes villes de France, Marseille et Paris décrochent la palme des primes d’assurance habitation moyennes les plus chères à l’année, avec respectivement 198€ et 196€ pour un logement (tous type confondus). En revanche, il fait bon vivre à Nantes et à Strasbourg, où la prime d’assurance habitation annuelle moyenne ne dépasse pas les 140€.

Etudiant vs couple d'actifs

Etudiant vs couple : deux cas pratiques représentatifs

  • Profil 1. Le Couple (298€/an)

Un actif (c’est-à-dire un assuré ni retraité, ni étudiant) d’en moyenne 40 ans, en couple avec un ou deux enfants, propriétaire d’une maison en Île-de-France d’une surface de 80 m² à 130 m² et dont les biens à assurer sont compris entre 15 000€ et 45 000€, devra s’acquitter en moyenne d’une prime d’assurance multirisque habitation de 298€.

  • Profil 2. L’étudiant (120€/an)

A titre de comparaison, un étudiant d’environ 22 ans, locataire d’un appartement dont la surface est comprise entre 9 m² et 30 m², situé en Île-de-France et dont les biens à assurer sont inférieurs à 15 000€, devra prévoir dans son budget une prime annuelle de 120€ pour assurer son logement.

Focus sur l’Île-de-France

Baromètre habitation 2016

Parmi les régions de France où l’assurance habitation est la plus chère, l’Île-de-France décroche la médaille, avec une prime annuelle moyenne de 198€ pour toutes les catégories de logements. Les départements de l’Essonne, (196€) des Hauts-de-Seine (191€), de la Seine-Saint-Denis (197€) et du Val-de-Marne (194€) sont en dessous de la moyenne de la région.

C’est également le cas de la capitale : les Parisiens doivent ainsi prévoir un budget moyen de 196€ par an pour leur assurance habitation. En revanche, la Seine-et-Marne (203€), le Val-d’Oise (206€) et les Yvelines (204€) sont les départements d’Île-de-France où assurer son logement coûte le plus cher.

Comment expliquer le montant des primes d’assurance ?

Les montants des primes d’assurance habitation sont établis par les assureurs en fonction d’un certain nombre de critères objectifs. Parmi les facteurs les plus significatifs, on retrouve :

  • Le nombre et le type de sinistres déclarés au cours des 36 derniers mois ;
  • Le type de logement (maison ou appartement), sa surface, son ancienneté, son état, son équipement de sécurité… ;
  • La valeur des biens à assurer (mobilier et objets de valeur).

Sinistralité Île-de-France

Plus de dégâts des eaux en Île-de-France

En matière de sinistralité, l’Île-de-France est majoritairement touchée par les dégâts des eaux (71%, pour une moyenne nationale de 61%). Plusieurs raisons peuvent expliquer cette surreprésentation, comme l’ancienneté de certains bâtiments franciliens et le nombre important d’immeubles où ce type de sinistre peut toucher plus d’un assuré à la fois (ex : une machine à laver qui fuit peut toucher plusieurs appartements à différents étages).

Les autres catégories de sinistres correspondent globalement à la moyenne nationale, à l’exception de ceux résultant d’évènements climatiques, particulièrement faibles en Île-de-France (9% contre 18% dans l’ensemble du pays), malgré les récentes inondations dont ont été victimes une partie des départements de la région.

Surface habitable Île-de-France

Des logements plus petits qu’ailleurs en France

En ce qui concerne les surfaces habitables, la région Île-de-France se démarque par une forte proportion de logements assurés inférieurs à 30 m². Ils sont 16% en moyenne contre une représentation nationale de 9%. Les biens situés entre 30 m² et 60 m² représentent  39% du parc de logements, contre 29% en moyenne en France.

Logiquement, les 28% de logements compris entre 60 m² et 90 m² représentent une proportion inférieure à la moyenne nationale (31%), tout comme les 17% de logements de + de 90 m2 (31% dans le reste de la France).

Valeur des biens assurée Île-de-France

71% des valeurs des biens déclarés en-dessous de 15 000€

C’est en Île-de-France que la valeur des biens assurés est la plus faible en moyenne. Ainsi, 71% des franciliens assurent les biens de leur logement pour moins de 15 000€, ce qui est nettement au-dessus de la moyenne nationale (67%). La forte population d’étudiants et de jeunes actifs à Paris est un des facteurs qui peuvent expliquer ce ratio.

Focus sur l’Auvergne-Rhône-Alpes

Carte Auvergne Rhône Alpes

Avec 8€ de moins que la moyenne nationale (189€ par an), la région Auvergne-Rhône-Alpes affiche une prime annuelle moyenne d’assurance habitation de 181€ pour toutes les catégories de logements (appartements et maisons).

Dataviz Auvergne Rhône Alpes

Peu de dégâts des eaux en Auvergne-Rhône-Alpes

En matière de sinistralité, l’Auvergne-Rhône-Alpes s’approche de la moyenne nationale, bien qu’elle soit légèrement au-dessus, en ce qui concerne les événements climatiques (21% contre 18% au national) et les incendies (4% contre 3% au national). La région se démarque par des dégâts des eaux peu fréquents, avec seulement 54% de ce type de sinistres déclarés contre 61% dans l’ensemble de la France.

Focus sur la Bourgogne-Franche-Comté

Carte Bourgogne Franche Comté

En Bourgogne-Franche-Comté, la prime annuelle moyenne d’assurance habitation est de 183€ pour toutes les catégories de logements (appartements et maisons). La région se trouve sous la moyenne nationale de 189€.

Dataviz Bourgogne Franche Comté

La région où la valeur des biens est la plus importante

Aspect notable en ce qui concerne la Bourgogne-Franche-Comté, le nombre particulièrement bas de logements assurés pour une valeur de biens inférieure à 15 000€. Avec 59%, très nettement sous la moyenne nationale de 67%, il s’agit de la région où ce taux est le plus bas. Par conséquent, les tranches supérieures sont, elles, supérieure à cette moyenne, et tout particulièrement la valeur de biens comprise entre 15 000€ et 30 000€ (24% contre 21% dans l’ensemble du pays).

Focus sur la Bretagne

Carte Bretagne

Région où l’assurance habitation est la moins chère de France, la prime annuelle moyenne en Bretagne est de 153€ pour toutes les catégories de logements (appartements et maisons), soit une différence de 36€ avec la moyenne nationale de 189€.

Dataviz Bretagne

Une préférence pour les logements de plus de 90 m²

En tête du classement à 41%, la Bretagne est une des régions où les surfaces habitables supérieures à 90 m² sont les plus représentées. La moyenne nationale pour cette catégorie est de 31%. A titre de comparaison, les tranches inférieures sont toutes en-dessous de la moyenne nationale, notamment pour les plus petites surfaces (moins de 30 m²), à 6% contre 9% dans l’ensemble de la France.

Focus sur le Centre-Val-de-Loire

Carte Centre Val de Loire

Parmi les régions les moins chères, la région Centre-Val-de-Loire affiche une prime annuelle moyenne d’assurance habitation de 178€ pour toutes les catégories de logements (appartements et maisons). A titre de comparaison, la moyenne nationale est de 189€.

Dataviz Centre Val de Loire

62% des valeurs des biens déclarés en-dessous de 15 000€

En ce qui concerne la valeur des biens déclarée à la souscription d’une assurance habitation, le Centre-Val-de-Loire possède un des taux les plus élevés pour la tranche allant de 15 000€ à 30 000€, avec 24% contre 21% au national. Les habitants de la région sont cependant 62% à assurer une valeur de biens inférieure à 15 000€. Il s’agit d’un des taux les moins importants de France, dont la moyenne est de 67%.

Focus sur le Grand Est

Carte Grand Est

Dans la région Grand Est, la prime moyenne d’assurance habitation est nettement inférieure à la moyenne nationale de 189€, avec 181€ par an pour toutes les catégories de logements (appartements et maisons).

Dataviz Grand Est

Des valeurs de biens déclarés supérieures à la moyenne

Cette région est celle où la part de valeur des biens déclarée inférieure à 15 000€ est la plus faible de France, avec 61% contre 67% au national. Les catégories supérieures sont par conséquent toutes au-dessus de la moyenne nationale, notamment la tranche comprise entre 15 000€ et 30 000€ avec 23%, contre 21% dans l’ensemble des régions.

Focus sur les Hauts-de-France

Carte Hauts de France

Dans la région Hauts-de-France, la prime annuelle moyenne d’assurance habitation est de 191€ pour toutes les catégories de logements (appartements et maisons), ce qui très légèrement supérieur à la moyenne nationale de 189€. C’est le département Pas-de-Calais (186€) qui est le moins cher de la région, immédiatement suivi par la Somme (188€). Les trois autres départements de Hauts-de-France sont supérieurs à la moyenne nationale : l’Aisne avec 191€ en moyenne par an, l’Oise avec 192€ et le Nord avec 194€.

Dataviz Hauts de France

Parmi les plus grands logements de France

Les Hauts-de-France possèdent une part de logements supérieurs à 90 m² de 41% pour une moyenne nationale de 31% pour ce type d’habitation. La région se trouve ainsi parmi celles où les grandes surfaces habitables sont les plus représentées. Les plus petites surfaces sont quant à elle très nettement sous-représentées avec 5% de logements de moins de 30 m² présents dans la région contre 9% au niveau national.

Focus sur la Normandie

Carte Normandie

En Normandie, la prime annuelle moyenne d’assurance habitation est de 173€ pour toutes les catégories de logements (appartements et maisons). Cela fait de la région la 3ème moins chère de France, tandis que la prime moyenne est de 189€ pour l’ensemble du pays, soit 16€ de moins.

Dataviz Normandie

Les logements de grande taille très sollicités

Bien qu’elles s’approchent des moyennes nationales, les surfaces habitables déclarées en Normandie marquent une préférence pour les logements de plus grande taille. Ainsi, les habitations supérieures à 90 m² sont représentées à 37% contre 31% au niveau national. Les petites surfaces (inférieures à 30 m²) sont quant à elles 7% en Normandie, contre 9% dans l’ensemble de la France.

Focus sur la Nouvelle-Aquitaine

Carte Nouvelle Aquitaine

Dans la région Nouvelle-Aquitaine, la prime annuelle moyenne d’assurance habitation est de 184€ pour toutes les catégories de logements (appartements et maisons), ce qui légèrement inférieur à la moyenne nationale de 189€.

Dataviz Nouvelle-Aquitaine

Les surfaces de plus de 90 m² très représentées

Nouvelle-Aquitaine se démarque du reste de la France par la proportion de logements dont la surface habitable est supérieure à 90 m². A 40%, la région est très nettement au-dessus de la moyenne nationale qui est à 31%. Autre fait notable : la faible part de petites surfaces, puisque la Nouvelle-Aquitaine ne possède que 6% de logements inférieurs à 30 m² tandis que l’ensemble de la France en compte 9%.

Focus sur l’Occitanie

Carte Occitanie

Avec une prime annuelle moyenne d’assurance habitation de 189€, la région Occitanie se trouve exactement dans la moyenne nationale, également de 189€, pour toutes les catégories de logements (appartements et maisons).

Dataviz Occitanie

Un grand nombre de sinistres dus aux événements climatiques

Pour la région Occitanie, particulièrement sujette aux orages et aux fortes pluies, 27% des sinistres déclarés résultent d’événements climatiques tandis que la moyenne nationale pour cette catégorie de sinistres est de seulement 18%. A titre de comparaison, la part de dégâts des eaux est, elle, très nettement inférieure à la moyenne nationale, avec 51% contre 61% dans l’ensemble de la France.

Focus sur le Pays-de-la-Loire

Carte Pays de la Loire

2ème région la moins chère de France, le Pays-de-la-Loire affiche une prime annuelle moyenne d’assurance habitation de 163€, pour toutes les catégories de logements (appartements et maisons), ce qui 26€ de moins que la moyenne nationale de 189€.

Dataviz Pays de la Loire

Les surfaces habitables supérieures à 90 m² favorisées

Le Pays-de-la-Loire est marqué par une forte proportion de logements à surfaces supérieures à 90 m², avec 39% dans la région tandis que la moyenne nationale pour cette catégorie est de 31%. Les petites à moyenne surface sont globalement moins représentées dans cette région que dans le reste de la France.

Focus sur la Provence-Alpes-Côte-d’Azur

Carte Provence Alpes Côte d'Azur

La région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA) récolte la palme de la région la plus chère de France, avec une prime annuelle moyenne d’assurance habitation de 203€ pour toutes les catégories de logements (appartements et maisons). Il s’agit donc du montant le plus élevé de France, supérieure de 14€ à la moyenne nationale de 189€.

Dataviz Provence Alpes Côte d'Azur

Les logements de plus de 90 m² en sous-représentation

La région PACA se démarque du reste de la France sur la proportion du nombre d’habitations dont la surface habitable est supérieure à 90 m². Avec 26%, il s’agit de la 2ème région où ce taux est le plus bas par rapport à la moyenne nationale de 31%. Une préférence qui peut s’expliquer par la forte densité de population le long de la côte méditerranéenne, nécessitant des surfaces habitables plus restreintes, ainsi que la présence de 2 des plus grandes villes de France (selon l’INSEE) dans la région : Marseille et Nice.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres