Plus d’1 Français sur 2 ne comprend pas les garanties de son contrat d’assurance

Selon une enquête menée par l’association de consommateurs CLCV, Consommation Logement et cadre de Vie, au cours du deuxième trimestre 2012 auprès de 670 personnes, il ressort clairement que les contrats d’assurance manquent cruellement de lisibilité encore aujourd’hui.

Résultats de l’étude…

Seuls 37,9% des sondés lisent attentivement leurs contrats avant de souscrire

Pourtant, la souscription d’une assurance semble incontournable, qu’elle soit d’ailleurs légalement imposée, on pense ici à l’assurance auto ou encore à la multirisque habitation pour le locataire, ou qu’elle soit librement choisie, c’est notamment le cas pour l’assurance santé.

Or, il importe de confronter cette réalité à celle d’une hausse des tarifs d’assurance toujours croissante, «35,8% des sondés déclarent y consacrer annuellement entre 1001 et 2000€ et 30.4 % plus de 2000€», nous apprend l’étude.

Étant «57.8 % à déclarer ne pas être suffisamment informés des garanties de leurs assurances et 7,7% ne pas l’être du tout», les résultats de l’étude sont troublants à plus d’un titre puisqu’ils reviennent à considérer que les personnes interrogées ne savent pas précisément ce qu’elles paient alors même que la facture est souvent lourde.

Ce qui signifie ipso facto que nombre de contrats d’assurance doivent finalement être inadaptés aux besoins réels des assurés.

A la lumière de tout ce qui précède, le CLCV demande que soit institué:

  • Une présentation standardisée des contrats commune à tous les assureurs pour que les consommateurs puissent vraiment faire jouer la concurrence en comparant des éléments comparables;
  • Un «comparateur d’assurance indépendant sous contrôle de l’administration, recensant l’ensemble des offres du marché sous forme standardisée, avec obligation d’actualisation sous 48h»;
  • Un «point régulier et obligatoire entre l’assuré et son assureur afin de mesurer la correspondance entre les contrats détenus et besoins d’assurance»;
  • Une transparence de la part des compagnies d’assurance, et notamment «un affichage clair du professionnel de la part des primes reversées aux assurés et de la part dédiée aux frais de commercialisation, commissionnement, de gestion….».
Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres