En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Assurance emprunteur : 300 millions d’euros de perte pour les banques

La loi Sapin 2, entrée en vigueur en janvier 2018, permet aux consommateurs de changer d’assurance emprunteur plus facilement. Une mauvaise nouvelle pour les banques, qui enregistrent d’ores et déjà une perte de 300 000 millions d’euros.

emprunteur banque

Trois mois après son entrée en vigueur pour tous les souscripteurs, la loi Sapin 2 a déjà des conséquences sur le marché de l’assurance emprunteur. Selon Antoine Fruchard, fondateur de Réassurezmoi, courtier en assurance de prêt immobilier, les banques auraient perdu 300 000 millions d’euros depuis janvier. Un chiffre qui pourrait grimper à 1,2 milliard d’euros d’ici la fin de l’année.

En cause, le départ d’une partie des souscripteurs de leur banque pour d’autres assureurs. Un changement qui se justifie sans surprise par des économies à la clé. En changeant d’assurance emprunteur,  « le rabais moyen réalisé sur la durée crédit atteint 5000 à 8000 euros », selon le Figaro.

Les banques contraintes de s’adapter

L’assurance emprunteur était jusque-là un produit particulièrement intéressant pour les banques, sur lequel elles réalisaient jusqu’à 70% de bénéfices. La loi Sapin 2 bouleverse cet équilibre et les contraint à réviser leur stratégie. Henri Le Bihan, directeur général adjoint du Crédit Agricole Assurances, explique par exemple que l’établissement fait « des contre-propositions sous forme d’ajustement de prix ou de rajout de garantie » pour convaincre les clients.

Si le marché de l’assurance emprunteur demeure encore largement dominé par les banques, la donne est susceptible d’évoluer dans les années à venir. Près de 8 Français sur 10 se déclarent au courant des possibilités qu’offre la loi Sapin 2 et pourraient en profiter pour trouver un nouveau contrat d’assurance crédit.