En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Assurance emprunteur : la délégation d’assurance ne décolle toujours pas

Selon les chiffres annuels de la Fédération française de l’assurance (FFA), la délégation d’assurance emprunteur peine toujours à prendre son envol. Cette possibilité représente seulement 12% des contrats souscrits en 2017.

delegation assurance

L’effet de la loi Sapin 2 et sa possibilité de changer d’assurance de prêt à l’échéance annuelle va être scruté de près. En attendant, en 2017, la délégation d’assurance n’a représenté que 12% des contrats souscrits soit 1 069 millions d’euros, selon la FFA. Un chiffre identique à celui observé en 2016.

Dans le détail, pour les assurances de prêts immobiliers, la part de délégations d’assurance reste également identique entre 2016 et 2017, à hauteur de 15%. Pour rappel, cette possibilité est donnée aux emprunteurs afin qu’ils puissent choisir un autre organisme que l’établissement qui leur accorde le crédit, depuis le 1er septembre 2010.

Les trois-quarts des assurances pour des crédits immobiliers

D’autre part, près des trois-quarts des contrats d’assurance emprunteur sont au titre d’une garantie décès (71%). On retrouve ensuite la garantie incapacité-invalidité (27%) puis la garantie perte d’emploi (2%). A noter que dans le cadre d’une délégation d’assurance, le contrat choisi doit avoir des garanties équivalentes à celles incluses dans le contrat proposé par la banque.

Enfin en 2017, selon la FFA, les cotisations pour les contrats d’assurance crédit sont stables depuis plusieurs années et se répartissent de la façon suivante :

  • 74% pour des prêts immobiliers (6 738 millions d’euros) ;
  • 20% pour des prêts à la consommation (1 812 millions d’euros) ;
  • 6% pour des prêts professionnels (533 millions d’euros).