En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Assurance emprunteur : 5 nouvelles maladies ajoutées à la convention Aeras

La Fédération française de l’assurance a annoncé la semaine dernière l’ajout de 5 nouvelles maladies à la grille de référence de la convention Aeras. Les personnes atteintes de ces pathologies pourront désormais souscrire une assurance emprunteur plus facilement.

Mutuelle santé collective retraité

« Le cancer du rein, la leucémie, le cancer de la prostate, la mucoviscidose et l’hépatite C font partie des nouveaux types de pathologies recensées, afin de bénéficier de meilleures conditions d’accès à l’assurance emprunteur ». La Fédération française de l’assurance (FFA) a  donc publié la mise à jour de la grille de référence de la convention Aeras où 5 nouvelles maladies ont été ajoutées.

Cet élargissement permet aux personnes présentant un risque aggravé de santé d’obtenir un accès facilité à une assurance de prêt immobilier. Ainsi, ces emprunteurs pourront souscrire un emprunt et l’assurance ne sera pas soumise à une surprime du fait de leur état de santé.

« Cette grille continuera à évoluer »

L’évolution de la convention Aeras est issue de travaux menés par des associations de consommateurs et de malades ainsi que des professionnels de la banque et de l’assurance. « Cette grille continuera à évoluer en fonction des avancées médicales » précise la FFA. L’objectif est donc d’accentuer les efforts menés pour l’accès à la souscription d’une assurance emprunteur.

Ce dispositif vient d’ailleurs compléter le « droit à l’oubli », entré en vigueur en février 2017. Cette mesure permet aux anciens malades de ne plus signaler, lors du questionnaire de santé, leur historique lors de la demande d’un crédit ou d’une assurance de prêt. Ce « droit à l’oubli » est effectif après un certain délai (5 ou 10 ans) sans rechute, après la fin du traitement.