Assurance emprunteur : de nouvelles règles plus contraignantes à venir

Les conditions d’octroi des prêts immobiliers vont se durcir durant l’été. Les banques devront désormais inclure le coût de l’assurance emprunteur dans le calcul du taux d’endettement.

résiliation annuelle

Obtenir un crédit immobilier sera plus difficile d’ici quelques semaines. A partir de cet été, les banques vont être obligées d’être plus restrictives dans leur octroi de prêts, a rapporté l’Argus de l’assurance. Le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) a en effet annoncé qu’il allait traduire prochainement ses recommandations en matière de crédit immobilier en une « norme juridiquement contraignante ».

Pour rappel, en janvier dernier, le HCSF avait demandé aux banques d’inclure le coût de l’assurance emprunteur dans le calcul du taux d’endettement des emprunteurs. Ce dernier ne devait pas dépasser 35% des revenus des emprunteurs. Toutefois, les banques pouvaient s’affranchir de ces règles dans 20% des cas. Désormais, les banques ne pourront plus jouer sur ces règles et devront obligatoirement inclure le prix de l’assurance dans le calcul.

Un marché dynamique

Selon le HCSF, les recommandations émises en janvier dernier sont efficaces et doivent être prolongées. Depuis leur mise en place, l’organisme constate que « la production de crédit immobilier restait dynamique tout en reposant sur des bases plus saines ». En avril dernier, la production annuelle de nouveaux crédits a même atteint un record, à 19,4 milliards d’euros, tandis que « la part de crédits présentant des taux d’effort élevés ou des maturités longues a significativement baissé ».

D’après l’Observatoire du Crédit Logement/CSA, en mai, la durée moyenne des crédits était de 236 mois, soit près de 20 ans. Les prêts d’une durée de plus de 25 ans ne représentent que 0,2% du total. En revanche, ceux à plus de 20 ans représentent 56,5% de la production.

Achats immobiliers  & crédits : quelles perspectives pour 2021 ?
Lire l'article