En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Crédit immobilier : le krach boursier profite aux emprunteurs

La chute des marchés, due au coronavirus, pourrait permettre aux futurs emprunteurs de se voir proposer des taux extrêmement bas. Une hypothèse à vérifier.

krach financier coronavirus

Le CAC40 n’a, dans son histoire, jamais connu une telle chute de son indice : -12,28% ! La crise de 2008 n’avait pas été aussi brutale pour les marchés financiers que ce jeudi (noir) 12 mars 2020. Face à cet enjeu colossal, la Banque centrale européenne (BCE) a prévu le rachat de 12 milliards d’euros d’actifs privés, afin de soutenir la viabilité des entreprises et éviter l’aggravation du krach.

Interrogé par Capital.fr, le directeur général du courtier Cafpi analyse la politique de la BCE : « La banque centrale donne en fait les moyens aux marchés de distribuer de l’argent pas cher et à des taux intéressants pour relancer l’économie ». Premier effet : les investisseurs vont chercher à protéger leur argent en le plaçant dans les dettes des Etats, par des obligations assimilables au trésor (OAT). Il s’agit d’investissements sur dix ans considérés comme sécurisés en période de crise.

Trouver un crédit immobilier pas cher
Lire l'article

Quelle sera la réaction des banques ?

Tout ce contexte est propice à la diminution des taux de crédit immobilier, selon les professionnels du secteur. « La baisse des OAT sera susceptible de tasser puis de diminuer le coût du crédit pour l’emprunteur, la corrélation avec les taux de crédit étant forte », affirme Eric Dor, docteur en sciences économiques. Pour faire court, les banques pourraient reconstituer leurs marges grâce à la baisse des taux d’emprunts.

Cependant, comme le rappelle Capital.fr, cette analyse de la situation n’est pas partagée par tous les acteurs. Les répercussions de la crise sanitaire pourraient être générales. « La situation est relativement tendue pour les banques commerciales car la qualité des crédits accordés se détériore, observe Valérie Plagnol, présidente du Cercle des épargnants. Je ne pense pas qu’elles prendraient le risque de diminuer les taux de leurs crédits immobiliers ».