Crédit immobilier : vers une nouvelle hausse des taux d’intérêt

Alors qu’ils se faisaient des plus discrets ces derniers temps, les taux d’intérêt du crédit immobilier opèrent actuellement une remontée remarquable en cette fin d’année. Vousfinancer (service de conseil en crédit), Meilleurtaux ou encore Pretto et Capfi ont livré des données intéressantes sur le marché grâce à leurs baromètres ainsi que leurs interprétations.

prêt immobilier

Contrecoup de la reprise économique post-Covid ?

Les taux de crédit immobilier moyens du mois de novembre attestent d’une hausse certaine comparativement au reste de l’année 2021. Pour les emprunteurs, on note donc :

  • 1,40% sur 25 ans ;
  • 1,15% sur 20 ans ;
  • 1% sur 15 ans.

Les premières causes avancées par différents courtiers sur le sujet sont :

  • La montée de l’inflation ;
  • La hausse du taux d’OAT 10 ans, celui-ci ayant augmenté de 0,35 centimes depuis la fin du mois d’août ;

Qu’est-ce que l’OAT ?

Il s’agit des Obligations Assimilables au Trésor. Ce sont des emprunts émis par l’État pour son financement. Ils s’étalent sur une durée comprise entre 7 et 30 ans. Le taux d’intérêt de l’OAT est pris comme référence par les banques et les sociétés de courtage pour les crédits à taux fixe.

  • La reprise économique, à plus large titre, post-Covid.

En effet, l’épargne des ménages français était extraordinairement haute lors des confinements et les banques profitaient donc de niveaux de disponibilité très élevés, ce qui n’est plus le cas actuellement.

La hausse des taux du crédit immobilier entre les mains de la BCE ?

C’est ce que pense en tout cas Pierre Chapon, co-fondateur de Pretto, société de courtage en ligne. Le financement des crédits repose selon lui sur le « caractère durable de l’inflation et de son traitement par la Banque centrale européenne ». Même si aujourd’hui, la BCE ne prévoit pas de grand changement : elle essaie de tempérer la situation en maintenant ses taux directeurs et ses programmes d’achat d’actifs.

En conclusion : alors que les taux ont augmenté chez la plupart des organismes de prêt durant ce mois de novembre et que la stabilité des prix immobiliers pourrait éloigner une partie des Français de l’acquisition immobilière, il est trop tôt pour savoir si ce phénomène sera durable ou s’il révèle simplement un moment particulier de l’année. En effet, la fin d’année marque aussi une grande période d’activité pour les banques, loin d’avoir complété tous leurs dossiers.