En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Crédit immobilier : la baisse des taux se poursuit !

Pour conserver la demande de crédits immobiliers, les banques continuent de baisser leurs taux. Après la baisse enregistrée en juillet, un recul du taux à 1,24% a été constaté en août.

Nous vous avions informé de la baisse des taux au mois de juillet 2020. Le bilan du mois d’août est sur la même dynamique. Le taux moyen pour emprunter est passé de 1,25% à 1,24% selon l’Observatoire crédit-logement/CSA. Pour rappel, après une année 2019 marquée par la baisse généralisée des taux, les banques avaient été bien plus exigeantes au moment du confinement.

Pour garder une demande viable, donc, les taux ont été revus à la baisse cet été. La meilleure durée d’emprunt est de 15 ans, avec un taux qui tourne à 1,05%, contre 1,01% en juillet. Viennent ensuite les crédits immobiliers sur 20 ans (1,20% contre 1,21% en juillet) et ceux sur 25 ans (1,47%, comme en juillet).

Le prêt moyen dure 230 mois

Les emprunteurs estivaux ont eu droit à des conditions de prêt beaucoup moins strictes que lors des mois précédents. En particulier, ils ont pu emprunter sur des durées moins courtes. Alors que la durée moyenne d’emprunt était de 224 mois en juillet, elle est passée à 230 mois en août, ce qui équivaut à près de 19 ans. Pour une acquisition dans le neuf, la durée est de 251 mois. Elle n’est que de 245 mois pour un projet immobilier dans l’ancien.

Le coût des opérations réalisées par les ménages a progressé de 5% sur les huit premiers mois de l’année 2020 (contre 2,5% en 2019). Le coût moyen correspond à 4,4 années de revenus (contre 4,2 l’année dernière), avec des revenus qui augmentent également (2,6%). Cela s’explique par l’exclusion de nombreux jeunes et foyers modestes forcée par les conditions plus sévères demandées par les banques. Le montant de l’apport personnel a, logiquement, augmenté de 9,5%.