En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Assurance emprunteur : des tarifs en baisse jusqu’à 40% depuis 10 ans

Dans un rapport publié mercredi, le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) souligne que la concurrence sur le marché de l’assurance emprunteur a permis aux Français de faire des économies tout en étant mieux protégés depuis 10 ans. Cependant, des efforts restent encore à faire.

delegation assurance

Quel bilan peut-on tirer des législations favorisant la concurrence sur l’assurance de prêt depuis 10 ans ? À cette question, le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) a tenté d’y apporter une réponse. Dans son rapport publié mercredi, l’organisme souligne que la tendance est « en marche » avec un gain non-négligeable pour les consommateurs.

Dans ce sens, les tarifs de ces assurances ont baissé depuis 2010 « de 10% à 40%, tout en conservant une excellente couverture des garanties, voire en les renforçant », précise le CCSF. Les lois Lagarde, Hamon et Sapin 2 (ou amendement Bourquin) auraient donc favorisé positivement cette concurrence sur cette période, même si la résiliation « à tout moment » n’a pas abouti.

Assurance emprunteur : tout savoir sur la loi Sapin 2
Lire l'article

Problèmes d’indemnisations et de clarté des offres

Cependant, le rapport met également en lumière « des difficultés dans le processus global de souscription soulignées par les assureurs externes et courtiers ». Plusieurs points sont ici jugés trop complexes, notamment des problèmes sur le traitement des demandes ou l’absence d’informations lors du processus de changement d’assurance emprunteur.

Par ailleurs, le rapport précise que 60% des réclamations faites par les consommateurs auprès des médiateurs et des associations concernent « les problématiques liées à l’indemnisation et aux exclusions appliquées, en relation avec les conditions particulières ». Un manque de clarté sur les offres et garanties proposées est également observé, le CCSF annonçant vouloir travailler sur ces 2 points « dans l’année à venir ».