Le droit à l’oubli élargi à 5 types de cancer et à l’hépatite C

 

Le droit à l’oubli va désormais s’appliquer au cancer du sein, au mélanome de la peau, au cancer des testicules, de l’utérus et de la thyroïde. L’hépatite C est également concernée par ce dispositif. Les anciens malades pourront ainsi accéder plus facilement à des assurances et prêts sans surprimes.

Cancer du seinLe droit à l’oubli pourra bientôt s’appliquer à des catégories plus larges de maladies. La ministre de la santé, Marisol Touraine, a annoncé l’élargissement des types de cancers pris en compte dans ce dispositif aux cancers du sein, des testicules, de l’utérus, de la thyroïde, ainsi qu’aux mélanomes de la peau et à l’hépatite C.

Depuis octobre 2015, le droit à l’oubli permet à certains anciens malades du cancer de ne plus déclarer leur maladie lors de la négociation d’un prêt bancaire ou d’une assurance, dix ans après l’arrêt du traitement. Ce délai devrait être raccourci à un an seulement pour certains cancers du sein, du col de l’utérus ou certains mélanomes, et jusqu’à 3 ans pour les cancers des testicules et de la thyroïde. Pour l’hépatite C, le droit à l’oubli s’appliquera 48 semaines après la guérison. Marisol Touraine a précisé que cette liste est destinée à être évolutive car « actualisée tous les ans, sur la base des propositions de l’Institut national du cancer (Inca), pour que les conditions d’assurance tiennent compte des progrès thérapeutiques ».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres