Assurances crédit : les banques contre-attaquent

crédit immobilier banque

Changer d’assurance crédit jusqu’à un an après la signature du prêt immobilier est une réalité depuis juillet 2014, grâce au vote de la loi Hamon. Toutefois, tous les contrats de protection proposés sur le marché n’offrent pas les mêmes garanties. Un flou bien difficile à éclaircir pour les acheteurs de biens immobiliers.

Libres de choisir leur assureur, les propriétaires font pourtant souvent le choix de contracter leur assurance emprunteur auprès de la banque où ils ont souscrit leur prêt. En effet, les employés des institutions bancaires font souvent pression sur leurs clients pour qu’ils optent pour leur propre assurance crédit. Un choix parfois influencé, ou même imposé, qui peut représenter jusqu’à 25 % du coût de l’emprunt total, mais aussi d’importants bénéfices pour les banques.

Dans environ 85 % des cas, les clients décident de souscrire leur assurance emprunteur dans la banque où leur prêt a été accordé. Par facilité, par manque d’information ou bien à cause de la force de persuasion des conseillers, les clients ne vont que rarement se renseigner auprès d’autres institutions prêteuses.

Des crédits aux garanties dégradées

banque-credit-immobilierÀ la suite de l’arrivée de la loi Hamon, et afin de conserver le monopole de l’assurance crédit et de proposer des tarifs plus avantageux, les banques ont mis à disposition de nouveaux contrats. Une nouvelle offre qui n’est pas sans défauts, selon le cabinet de conseil en assurance BAO. Ce dernier considère cette nouvelle gamme de produits comme « les plus dégradés en garanties ». Les banques proposent donc une assurance crédit moins chère, mais dont les garanties sont beaucoup moins avantageuses pour les clients.

La réduction du temps de résiliation d’une assurance emprunteur a aussi amené de nouveaux joueurs sur le marché : les mutuelles. Elles ont mis ce changement à profit pour prendre des parts de marché aux banques en divisant leurs prix par deux. Considérées comme lésées face aux institutions bancaires, les mutuelles ont voulu concurrencer les « bancassureurs ».

La riposte du gouvernement

Ces comportements concurrentiels ont décidé le gouvernement à riposter avec un nouvel amendement à la loi Consommation entré en vigueur le 1er mai 2015. Depuis cette date, les banques et les autres institutions prêteuses doivent fournir à leurs clients une liste de critères qui leur précise les garanties proposées dans leur assurance crédit.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres